CRA Lyon-Saint-Exupéry © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Lyon : un nouveau centre de rétention administrative va ouvrir

L'annonce a été officialisée ce mercredi par Christophe Castaner alors que les conditions de rétentions dans le centre actuel, situé près de l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry, sont pointées du doigt par un rapport de la Cimade. 

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a officialisé ce mercredi l'ouverture d'un nouveau centre de rétention administrative (CRA) à l'aéroport Lyon Saint-Exupery. Deux autres CRA vont ouvrir à Bordeaux et Olivet près d'Orléans. “Nous allons continuer de lutter inlassablement contre les réseaux d'immigration irrégulière et amplifier nos efforts pour que nos décisions d'éloignement soient respectées. D'ici 2020 le nombre de places en CRA aura augmenté de 35 % par rapport au début du mandat”, a déclaré le ministre. Le centre lyonnais ne devrait pas voir le jour avant deux ou trois ans.

Le centre actuel dont la capacité est de près de 104 places. En 2018, 1498 adultes et 2 enfants y avaient été enfermées, dont 92 % d'hommes et 8 % de femmes, selon le rapport annuel des associations ASSFAM Groupe SOS Solidarités, Forum réfugiés-Cosi, France terre d’asile, La Cimade, Ordre de Malte France et Solidarité Mayotte.

La très grande majorité des placements dans le centre lyonnais (73,9 %) ont été faits après une obligation de quitter le territoire français (OQTF) sans délai de départ volontaire. En 2017, parmi ces personnes enfermées, 45,9 %  ont été libérés, et 49,9 % ont fait l'objet d'une mesure d’éloignement, dont 36,2 % vers un pays hors l'UE et 13,7 % vers un pays membre de l'UE ou de l'espace Schengen. 

Selon le rapport le “fort taux de remplissage du centre crée une forte promiscuité, couplé à une augmentation de la durée moyenne de rétention (18,6 jours, NdlR) de près de 3 jours par rapport à 2017 a entraîné une augmentation des tensions au sein du centre” en 2018. “Suite à un non-renouvellement de contrat avec la Poste, les agents de l’OFII ne sont plus en capacité de retirer des mandats pour les personnes retenues ce qui ajoute de la tension”, est-il ajouté dans ce document. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut