Métro © Tim Douet

Lyon : ticket TCL pollution à 3 euros, les abonnés sont-ils perdants ?

Lors de chaque pic de pollution, TCL propose son tick'air, un ticket qui permet de voyager en illimité pour 3 euros sur l'ensemble du réseau de Lyon. Certains abonnés s'interrogent pour savoir ce qu'il est prévu pour eux, mais sont-ils vraiment perdants ?

"Et pour les abonnés, vous faites quoi ?", la question revient régulièrement lorsque TCL annonce le lancement du tick'air. Lors des pics de pollution à Lyon, le réseau de transport en commun propose un ticket à 3 euros permettant de voyager en illimité pendant une journée. À 1,90 euro le ticket une heure ou 6 euros le 24 heures, le calcul est vite fait : tick'air est une bonne affaire dès que l'on fait plus d'un déplacement dans la journée. Mais à chaque fois que la mesure est déclenchée, certains abonnés s'estiment être lésés, considérant que TCL ne fait rien pour eux. Sont-ils réellement perdants ?

À la faveur des tarifs réduits, sociaux ou des 50 % remboursés par les employeurs, 95 % des abonnés payent 32 euros par mois au maximum selon le Sytral. Dans l'hypothèse où le tick'air serait proposé tous les jours pendant un mois, une personne qui voyagerait deux fois par jour, plus de onze jours, aurait quand même tout intérêt à souscrire un abonnement (33 euros pour onze tick'air, 32 euros pour un mois d'abonnement, avec 50 % employeur).

Par ailleurs, le tick'air n'est proposé qu'en cas de pic de pollution, son déclenchement reste difficile à prévoir plusieurs jours à l'avance et il est difficile de le substituer à un abonnement en pensant que l'on va pouvoir payer moins cher lorsqu'on utilise régulièrement le réseau TCL. Les abonnés ne sont donc ni perdants, ni lésés. Cependant, l'impression d'être parfois considéré comme un public captif vers lequel les efforts commerciaux sont rares peut être compréhensible. Il existe bien une offre de fidélité, mais elle perd un peu plus de son intérêt chaque mois qui passe.

Le levier fidélité sans grand intérêt

TCL propose un programme de fidélité où lors de chaque validation, il est possible de recevoir 10 points, pour ensuite les échanger contre des cadeaux. On aurait pu imaginer que le nombre de points soit par exemple doublé lors des pics de pollution, qu'il soit possible d'obtenir en cadeau des tick'air à partager avec ses proches pour leur faire découvrir le réseau TCL et les encourager à laisser leur voiture à la maison. Il n'en est rien. Que la qualité de l'air soit bonne ou mauvaise, le programme ne bouge pas alors qu'il aurait pu être un atout de taille.

Par ailleurs, il a entamé une évolution des plus regrettables avec un nombre de points qui ne cesse de grimper pour pouvoir débloquer des récompenses. Elles sont touchées par une inflation qui fait perdre une grande part d'intérêt à la chose. Alors qu'en septembre 2018, il fallait 12 000 points pour obtenir un mois d'abonnement gratuit, il en faut désormais 22 000. Ce qu'il était possible de recevoir en un peu plus d'un an, pour celui qui validerait quatre fois par jour du lundi au vendredi, va désormais demander quasiment deux ans. Un carnet dix tickets ? 15 000 points ! Un rechargeur de carte Técély pour payer son abonnement à la maison ? 12 000 points ! L'exploitant du réseau Keolis avait présenté cette offre de fidélité pour "rendre la validation plus ludique". Or, il n'y a plus grand-chose d'amusant. Avec des seuils si élevés pour les récompenses les plus emblématiques, ce programme pourrait rejoindre la grande liste de ceux que l'on oublie d'avoir souscrits.

En l'état actuel, à cause de ces modifications régulières, l'offre de fidélité TCL était une bonne idée qui tend de plus en plus vers un manque flagrant de respects pour les clients qui se sont inscrits. Ce levier qui aurait pu être un outil lors des pics de pollution, mais aussi permettre de gommer le ressenti négatif d'une impression de manque d'effort vers les clients fidèles pourrait bien contribuer à le nourrir. Tout un paradoxe.

à lire également
1 commentaire
  1. dl8 - 24 juillet 2019

    "Ce qu'il était possible de recevoir en un peu plus d'un an, pour celui qui validerait quatre fois par jour du lundi au vendredi, va désormais demander quasiment deux ans"
    Sans compter qu'il ont tout récemment fixé une limite de validité des points à deux ans...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut