LYON, TERREAU FERTILE DE L'EXTREME DROITE

Numériquement, ils ne pèsent rien : pas plus d'une quarantaine de personnes au total. Mais ils sont une force d'appoint indispensable pour le FN lors de ses campagnes électorales. Leur faible nombre est compensé par un activisme forcené sur Internet. Sur la toile et dans quelques publications, ils développent leurs thèses racistes qui font presque passer Le Pen pour un progressiste. Tableau des forces en présence.

Oeuvre française/Jeune Nation
L'OF est le plus ancien des groupes d'extrême droite français, puisqu'il a été formé en 1969, par Pierre Sidos. A Lyon, il se structure autour d'Yvan Benedetti qui a lancé le jounal "Jeune Nation" pour rajeunir le mouvement. Par rapport à Sidos, Benedetti accepte le combat électoral (il s'est présenté aux dernières législatives dans la circonscription de Vénissieux). Ce sont les héritiers d'Edouard Drumont et de sa Ligue antisémitique de la fin du XIXe siècle : Ils sont catholiques, anti-capitaliste et antisémites. Ils comptent très peu de militants. Certainement moins d'une dizaine à Lyon.

Bloc identitaire/Jeunesse identitaire
Le mouvement a été créé à la suite de l'interdiction d'Unité radicale dissoute après la tentative d'assassinat de Chirac par Maxime Brunerie, le 14 juillet 2002.
Ce sont les militants les plus actifs et les plus "nombreux". A Lyon, ils ne seraient pas plus d'une quinzaine mais ont été capables d'organiser un congrès national les 13 et 14 novembre 2004, clos par une tentative de manifestation place des Jacobins où ils avaient dû affronter des militants antifascistes.
Ils diffusent leurs messages à travers un magazine "ID", des collages d'autocollants (dernièrement à proximité du stade de Gerland et à Vaise). C'est surtout sur Internet qu'on les retrouve avec leurs sites JI-Lyon ou Rebeyne (révolte en vieux lyonnais). Ils ont même créé une pseudo agence de presse, intitulée Novopress.

Les JI récupèrent les Canuts, Guignol et le vieux parler lyonnais en opposition à la mondialisation et au capitalisme. Ils prétendent défendre les personnes de "souche européenne" contre le "racisme anti-blanc".

Action-Nation
Le groupe du vaudais Grégory Gennaro. C'est l'exemple même du groupe formé autour d'une personne un brin allumée, à l'ego démesuré. Il essaye d'essaimer dans toute la France, sans succès. Son idéologie est très proche du Bloc Identitaire. Outre le site Internet Action-Nation, il anime Altermedia et le MSP (Mouvement Social et Patriotique) dont le "programme pour un patriotisme social" se résume par "En France, produisons français avec des Français".

Terre et peuple
Son berceau est lyonnais puisque Pierre Vial, ancien professeur d'histoire à Lyon 3 et membre du FN, a fondé l'association en 1994. Selon Jean-Yves Camus, cette association rassemble environ 200 personnes en France qui vouent un culte à la "race" indo-européenne. Ce sont surtout des idéologues païens qui rejettent le nationalisme français. L'un des objectifs de Pierre Vial est aussi de "redonner aux Gaulois l'envie de se battre contre les envahisseurs immigrés". L'association organisent des colloques et proposent des sorties culturelles tournées vers la découverte des racines païennes des peuples européens.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut