Lyon : TCL lance une campagne de communication pour limiter la fraude

L'entreprise Keolis lance une campagne de communication avec des affiches qui se veulent humoristiques pour limiter la fraude dans les transports en commun lyonnais.

"Sérieusement, on est déjà le 4 du mois ?" lance le jeune homme qui incarne sur la nouvelle campagne de communication TCL pour lutter contre la fraude. L'homme qui a tout le profil du jeune actif risque une amende de 51,50 euros pour ne pas avoir rechargé sa carte d'abonnement TCL à temps. Dans une autre variante, une femme senior dit : "Vous allez rire, mon chien vient d'avaler mon ticket" et risque une amende du même tarif.

Sous chacune des affiches, un slogan : "La fraude : il n'y a pas d'excuses". C'est avec ces affiches au ton décalé que l'entreprise Keolis souhaite réduire le nombre de fraudeurs dans les TCL. Le manque à gagner évalué par l'entreprise est de 10 millions d'euros par an, "ce qui représente l'achat de 40 bus, 4 rames de tramway et une rame de métro" indique l'entreprise pour imager ces pertes.

Fraude en baisse et fréquentation en hausse

Avec 23 000 contrôles réalisés au quotidien, le Sytral évalue le nombre de fraudeur à 70 000 personnes par jour, soit 13 % des voyageurs. Audrey Hippert, la directrice du département de contrôle et d'intervention au sein de Keolis, estime que les campagnes de communication contre la fraude ont été efficaces jusqu'ici "puisque la fraude baisse malgré une fréquentation en hausse. Mais le manque à gagne reste le même", précise-t-elle au quotidien 20 Minutes.

En parallèle de ces campagnes, le nombre de contrôles sera renforcé sur le réseau. Avec un ticket plein tarif à 1,80 euros, le ticket de transport en commun lyonnais reste l'un des plus chers de France. En comparaison, le ticket parisien coûte 1,90 euros pour se déplacer dans les deux grandes zones du centre et utiliser la plupart des 14 lignes de métro.

Un délit pour les usagers qui signalent la présence de contrôleurs sur les réseaux sociaux

Depuis mars 2016, les usagers qui indiquent la présence des contrôleurs sur internet ou sur les réseaux sociaux ou qui donnent une fausse adresse ou une fausse identité lors d'un contrôle par les agents TCL risquent une amende de 3 750 euros ainsi qu'une peine de deux mois de prison. Ces mesures ont été votées dans le cadre de la loi Savary pour renforcer la lutte contre la fraude.

1 commentaire
  1. Tx - 17 novembre 2016

    ... ah bah si on compare à Paris en omettant les autres métropoles françaises, on n'a pas fini d'alimenter la rengaine et les désillusions... Pour Paris, c'est la France qui a payé son réseau. Lyon n'a eu qu'à compter sur ses deniers. Il faudrait faire l'effort de comparer jusqu'au bout : Lyon + villeurbanne > 60km2, 4 lignes de métro, 6 de tramway, 2 funiculaires, plusieurs lignes de BHNS en pour 1,80e /// Toulouse > 120km2, 2 lignes de métro, 2 lignes de tram pour 1,60e / Marseille > 200km2 2 lignes de métro, 3 de tram pour 1,50e /// Bordeaux > 50km2, 3 lignes de tram pour 1,50e /// Lille > 40km2, 2 lignes de métro et 2 de tram pour 1,60e. Lyon est la seule grande ville en région à avoir un réseau de transport en commun lourd en maillage, et non en étoile comme ses copines. Ca se paye..

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut