Lyon "suffoque", la pétition de Greenpeace dépasse les 10 000 signataires

Alors que l'agglomération lyonnaise reste sous le coup d'une alerte face à un nouvel épisode de pollution aux particules fines, plus de 10 000 personnes demandent "au maire de Lyon et au président de la métropole d'agir contre la pollution de l'air à Lyon" via une pétition lancée par Greenpeace.

Pour pallier à la crise, les véhicules doivent ralentir de 20km/h pour éviter d'aggraver l'épisode de pollution aux particules fines en cours sur l'agglomération Lyonnaise. Depuis plusieurs mois, les mouvements en faveur de décisions fortes de la part des élus pour améliorer la qualité de l'air à Lyon se multiplient. L'ONG Greenpeace a décidé d'apporter sa pierre à l'édifice, avec la pétition "Lyon suffoque : de l'air", qui a récolté à ce jour plus de 10 000 signatures. L'organisation rappelle que "chaque année en France, 48 000 personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l’air". Adressée au maire Gérard Collomb et au président de la métropole, David Kimelfeld, la pétition demande des mesures pour réduire "drastiquement" le trafic routier et fait témoigner un parent d'élève de l'école Michel Servet, où des données alarmantes sont régulièrement collectées. Pour que "l'abandon des véhicules polluants" ne laisse "personne sur le carreau", les voix du collectif d'associations sur les transports en commun en région lyonnaise (Darly) demande le développement d'alternatives à la voiture et s'élèvent contre le projet de l'anneau des Sciences, qui vient de se voir attribuer 5.9 millions d'euros supplémentaires par la Métropole.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut