Circulation pour entrer dans le tunnel de la Croix-Rousse

Pollution de l'air à Lyon : l'école Michel Servet toujours asphyxiée

Face aux données alarmantes sur la pollution de l'air à Lyon, et en particulier celles collectées à proximité de l'école primaire Michel Servet, les élus EELV de la Ville de Lyon veulent demander au conseil municipal de réduire les voies de circulation automobile sur le quai Lassagne ainsi que sous le tunnel de la Croix-Rousse.

En bas de la colline, toute proche de l'entrée Est du tunnel de la Croix-Rousse, l'école Michel Servet étouffe. Depuis des années, les taux alarmants de pollution aux oxydes d'azote font l'objet de pétitions et de manifestations de la part des parents et de collectifs. Malgré la mise en place de "protocole d'aération", l'installation d'une centrale d'air filtrer celui du gymnase, la fermeture de la cour Nord ou le balayage humide dans les classes pour garder les particules au sol, la situation serait "en constante dégradation". Selon le groupe des élus EELV de la Ville de Lyon, les résultats des mesures faites par Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes à base des données collectées par le capteur dit de la Croix-Rousse "montrent que le site est constamment au-dessus des recommandations européennes et de l'OMS".  Sur les cinq dernières années, les concentrations en oxydes d'azote n'auraient cessé d'augmenter et atteindraient maintenant l'équivalent de concentrations "à proximité du périphérique".

Supprimer 4 voies de circulation automobile ?

Face à ces constats, la présidente du groupe EELV, Françoise Chevallier, a prévu ce lundi de faire une "proposition" au Maire lors du conseil municipal.  "Plutôt que d'être contraint de fermer cette école et d'en déplacer les classes et sachant que la circulation automobile est la principale cause des émissions d'oxydes d'azote, nous proposons de réduire les voiries sur le quai Lassagne à 2 fois 2 voies (dans la continuité de l'aménagement du cours d'Herbouville) et sous le tunnel de la Croix-Rousse à deux fois une voie". Une idée qui pourrait provoquer d'autant plus de bouchons ou de saturations dans la ville et, in fine, ne pas particulièrement réduire la pollution. Pour s'assurer que ce soit le cas, le projet serait "d'en mesurer les effets à un, trois et six mois des deux côtés du tunnel". En préambule de cette question, le groupe rappelle que la Commission européenne a annoncé renvoyer la France devant la Cour de Justice de l'UE pour non-respects des normes de qualité de l'air. Selon des sources proches de la Commission interrogées par le journal Le Monde, Lyon ferait partie des "douze zones soumises à des niveaux de dioxyde d'azote (NO2) très élevés".

à lire également
peripherique
Cette semaine à Lyon, plusieurs axes routiers seront fermés pour permettre les travaux d’entretien des routes.Cette semaine à Lyon, plusieurs axes routiers seront fermés pour permettre les travaux d’entretien des routes.
1 commentaire
  1. renaud pierre - 26 juin 2018

    "Une idée qui pourrait provoquer d'autant plus de bouchons ou de saturations dans la ville et, in fine, ne pas particulièrement réduire la pollution." Ce commentaire est il le résultat d'une analyse de votre part? Une remarque de "bon sens" ? Personnellement, je crois que c'est ce genre de lieux communs démenti par les faits qui empêche que la voiture cesse d'être considérée comme la norme dans les déplacements urbains. La fermeture du tunnel pendant les travaux n'a pas entraîné la congestion tant redoutée du trafic et toutes les grandes villes qui ont supprimé des axes automobiles importants ont eut globalement comme résultat de voir baisser le trafic. Je vous conseille ce bon article sur la question https://www.rue89lyon.fr/2017/01/04/apres-declassement-de-la6-a7-besoin-de-nouvelles-autoroutes/ . Cordialement. RP

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut