Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

Lyon : Rhônexpress n'a jamais gagné autant d'argent, des résultats records

Alors que le contrat de la concession est en cours de renégociation, Rhônexpress affiche une excellente santé financière. Le service de navettes rapides entre Lyon et l'aéroport de Saint-Exupéry n'a jamais gagné autant d'argent.

Ce sont des chiffres qui ne devraient pas aider l'image parfois négative que traîne Rhônexpress, liaison entre Lyon et l'aéroport de Saint-Exupéry. Rhônexpress SAS est en excellente santé financière. En 2018, elle affiche un chiffre d'affaires de 19,161 millions d'euros contre 16,859 millions en 2017 (et 15,718 millions en 2016). Son résultat net bondit ainsi de + 120 % pour s'établir à 2,824 millions d'euros en 2018 (1,281 millions en 2017, 1,199 millions en 2016).

L'exploitation de la ligne a été confiée à Transdev Rail Rhône "dont l'activité semble centrée autour de Rhônexpress" selon le Sytral, qui affiche de son côté un résultat net en fort recul. En 2018, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 12,626 millions d'euros (contre 12 millions en 2017) pour un résultat net de 757 400 euros (contre 1,332 millions en 2017, soit un recul de 43 %).

Une renégociation en cours

Ces excellents résultats pour Rhônexpress vont-ils pour autant continuer ? Le Sytral et la métropole de Lyon ont lancé une renégociation de la concession avec trois objectifs clairs : faire baisser le prix du ticket, aujourd'hui à 16,30 le trajet, 28,30 euros l'aller/retour, permettre l'arrivée de solution concurrente pour relier l'aéroport, et améliorer la desserte de l'Est lyonnais.

En parallèle, Rhônexpress a perdu son recours contre le Sytral devant le tribunal administratif de Lyon, invoquant que les lignes de bus vers l'aéroport étaient une forme de concurrence (le Sytral avait dû les arrêter). Le tribunal a estimé que : "L’exclusivité dont se prévaut la société requérante ne vaut qu’en ce qui concerne l’objet de la concession, à savoir le transport de voyageurs par voie ferroviaire entre le centre-ville de Lyon et le site aéroportuaire de Saint-Exupéry".

Ainsi, l'autorité régulatrice du Sytral va proposer à nouveau deux bus vers l'aéroport à la rentrée (lire ici) et sa présidente Fouziya Bouzerda espère voir apparaître dès la fin de l'année des cars qui relieraient Lyon à l'aéroport en direct pour huit euros par trajet. Ces excellents résultats financiers ne devraient pas aider Rhônexpress dans les renégociations qui vont se poursuivre à la rentrée. Le Sytral et la métropole espèrent un accord pour la fin de l'année. Si les rencontres n'aboutissaient pas, la métropole se dit déjà prête à rompre le contrat de concession. Pour parer à toutes éventualités, le Sytral a publié un "avis de préinformation" pour trouver un éventuel remplaçant (lire ici). La "saga" Rhônexpress est donc très loin d'être terminée.

à lire également
Rhônexpress
En initiant la rupture de la concession Rhônexpress, le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld s'attaque à un symbole à quelques mois des élections. Que va-t-il se passer maintenant ? Faut-il s'attendre à l'arrivée de solutions concurrentes et à une baisse des prix de la navette vers Lyon Saint-Exupéry ?
3 commentaires
  1. dl8 - 26 août 2019

    Réel succès ou prise en otage des usagers ?
    Nous verrons bien les résultats après la mise en place des lignes de bus.

  2. vieux caladois - 26 août 2019

    c'est de la propagande pour se défendre ?

  3. Zbart - 26 août 2019

    Rolex express des braqueur oui ! Il te font 1 seule option et met des prix faramineux ... encore heureux qu ils gagnent de l argent .... pour 2 km de voie hors t3 ... une honte ! Vive les bus et les autres options ! Sinon c est donner de l argent a vinci rolex express ou vinci parking aeroport merci !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut