Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
© Antoine Merlet

Lyon : Presqu'île en colère va attaquer la ville de Lyon

Le collectif de riverains du centre-ville de Lyon va attaquer la ville de Lyon dans l'affaire des rodéos nocturnes.

Dans un message publié ce mardi, Édouard Raffin, l'avocat du mouvement Presqu'île en colère, a annoncé qu'une plainte en justice allait être déposée contre la ville de Lyon dans l'affaire des rodéos nocturnes. “En effet, si la Ville a mis en place des mesures (demandées depuis longtemps), elle n'a pas donné suite à l'ensemble de nos demandes. Par exemple, elle omet de répondre à notre demande indemnitaire en réparation de toutes vos nuits sans sommeil en 2019. Pire, comme le montre l'exemple du dernier week-end, nous craignons que l'insomnie s'invite encore en 2020”, écrit l'avocat.

Ce procès administratif sera donc celui des nuisances atteignant des niveaux anormaux à Lyon, celui du droit à la tranquillité nocturne, des fautes ou carences des autorités, et plus largement le moyen d'interroger leur ambition et leurs solutions pour assurer un usage serein du domaine public et une réappropriation apaisée du centre-ville”, précise Me Raffin. 

En septembre dernier, le collectif Presqu'île en colère avait lancé une démarche en ligne pour recueillir le maximum de plaignants afin de lancer un recours collectif en justice contre “les autorités municipales et étatiques”. 158 personnes ont répondu favorablement à cette action. Ce recours va donc bien voir le jour.

Lyon  : ces collectifs “en colère” qui défendent leur rue ou leur quartier

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut