Tonneaux de Beaujolais
© Tim Douet

Lyon : où déguster les meilleurs beaujolais nouveaux ?

Depuis minuit, le beaujolais nouveau millésime 2014 est enfin disponible à la dégustation. Lyon Capitale vous propose un petit florilège des meilleurs beaujolais nouveaux qu'il est possible de trouver à Lyon. De quoi effacer la réputation qui entache parfois les vins primeurs du Beaujolais, et de convaincre les plus sceptiques d'entre vous.

Chaque année, le troisième jeudi du mois de novembre est un jour de fête. On y célèbre le vin nouveau du Beaujolais, dans des fêtes bachiques où seuls importent la rondeur et les tanins délicats du précieux liquide. Jean Bourjade, délégué général d'Inter-Beaujolais, nous promet un "excellent millésime 2014", récompensé par un record de médailles attribuées lors du Trophée Lyon Beaujolais Nouveau. "Il n'existe pas un beaujolais nouveau, mais une kyrielle de ces vins primeurs", précise Jean Bourjade.

Un rendez-vous incontournable à Lyon

Cette année, entre 750 000 et 800 000 hectolitres de vins primeurs ont été produits, "le retour à une production normale" estime le délégué général d'Inter-Beaujolais, après deux années médiocres. Il est désormais possible depuis minuit de goûter la cuvée 2014, composée des rouges, des rosés et des villages rouges. De l'avis général des viticulteurs, le millésime 2014, "d'une belle couleur rouge cerise", se présente comme une belle année, avec "une bonne vinification fruitée".

A quelques dizaines de kilomètres des vignes, le beaujolais nouveau sera comme chaque année célébré dans l'effervescence ce jeudi, dans tous les bistrots et bars à vin lyonnais qui se respectent. Lyon Capitale vous propose un petit tour d'horizon des endroits à ne pas manquer, en fonction de la présence des maisons de notre sélection. Libre à vous de (re)découvrir ces vins artisanaux.

Jean-Claude Lapalu et Domaine Lapierre

On vous conseille notamment les vins de Jean-Claude Lapalu, qui sont présents au Vercoquin (33 rue de la Thibaudière), au Potager des Halles (3 rue de la Martinière), au Vin des vivants (place Fernand Rey), mais aussi à la Cave des Voyageurs (place Saint-Paul), et dans le mythique bouchon de la Meunière (11 rue Neuve). La cave à vin Antic wine (18 rue du Bœuf) propose en sus de déguster le beaujolais nouveau du domaine de Mathieu Lapierre. Le restaurant Le phosphore (1 rue de l'Antiquaille) présente également les vins du domaine Lapierre, mariés avec les saveurs d'un menu spécial.

Pierre-Marie Chermette

En plus de révéler les vins de Jean-Claude Lapalu, le Mercière dévoile la cuvée 2014 de Pierre-Marie Chermette. On retrouve celle-ci à l'harmonie des vins (9 rue Neuve) et à l'Assiette du vin (8 rue Duviard).

Jean-Paul Brun

Pour goûter à la production de Jean-Paul Brun, il faudra se diriger vers la Vieille réserve (1 place Tobie Ratel), vers le Contretemps (6 rue de l'ancienne Préfecture) ou encore au Grum and Gram (264 rue Duguesclin).

Dominique Piron et P-U-R (Cyril Alonso)

Pour avoir le privilège de goûter aux vins du Domaine Piron, il faudra privilégier la direction de la place Saint-Paul, au Bar à gones. Pour les vins naturels P-U-R, ce sera au Mercière, au Contretemps mais également au restaurant le Substrat, à Croix-Rousse (7 rue Pailleron).

Maison Loron

Enfin, les vins de la maison Loron, primée au trophée Lyon Beaujolais nouveau 2014, sont disponibles à la dégustation au Jazzy's corner pub (7 rue Charles Dullin), au Comptoir des Marronniers (8 rue des Marronniers), au Café Français (3 place Antonin Poncet), au Gamboni (24 rue Lieutenant Colonel Girard), au Gabion (13 Boulevard Eugène Deruelle), au Caro de Lyon (25 rue du Bât d'Argent), à la Nonna (29 rue Ney), à la Guille on dîne (59 Grande rue de la Guillotière), et à une Affaire de Goût (28 rue de Sèze). A noter que le Clos des Vieux Marronniers, récompensé par une grande médaille d'or 2014, est introuvable dans la capitale des Gaules...

Note : les beaujolais nouveaux ne représentent qu'un tiers de la production des vignes du Beaujolais. Il existe également dix crus du Beaujolais, dont les célèbres morgon, brouilly, juliénas et moulin-à-vent. Le dernier tiers de la production est composé des beaujolais de garde.
Faire défiler vers le haut