Bron © Yann Rossier

Lyon : mon été dans un HLM

Dans les quartiers périphériques de Lyon, les habitants des HLM ont particulièrement souffert de la canicule qui a frappé la région cet été. Des vagues de chaleur à la mauvaise isolation, la saison a été difficile pour certains résidents.  

"Certains jours, c'est vraiment insupportable", déplore Mohammed. Ce quarantenaire habite depuis 27 ans dans les HLM de l’avenue Saint-Exupéry, à Bron. Cet été, la chaleur ne l'a pas épargné au sein de son logement. "Chez moi, les fenêtres ne sont pas renouvelées. Le double vitrage est abîmé, et la chaleur pénètre plus facilement. C'est le cas pour plusieurs habitants dans ces immeubles. L'agence est censée remédier à ce problème depuis longtemps", ajoute-t-il, avant que son voisin, Ibrahim, ne surenchérisse en riant : "Dans ces appartements, il faut tout changer !" Certains résidents sont bien conscients des températures extrêmes qui ont frappé leur logement ces derniers temps. "Parfois, la température montait facilement jusqu'à 39, voire 40 degrés dans mon appartement" s'exaspère une habitante. "Que les fenêtres soient fermées ou ouvertes, on respire de l'air chaud. Même avec des ventilateurs, c'est très difficile", ajoute un jeune homme. Une ouverture des fenêtres qui signifie l'arrivée du bruit aux heures de pointe sur le périphérique d'en bas. "C'est assez gênant par moment", se désole Mohammed.

"24 degrés avec une aération"

Bron © Yann Rossier

Dans ce quartier de Bron, d'autres résidents expliquent de leurs côtés avoir peu souffert de la canicule, grâce à quelques aménagements. Dans l'un des immeubles, un habitant du premier étage, bénéficie de l'installation d'une ventilation dans son appartement. Ce dernier garantit que les températures n'excèdent pas les "24 degrés" chez lui. Dans la même allée, un brondillant installé depuis 30 ans partage cette impression : "Il fait chaud, oui, mais la chaleur n'est pas non plus extrême. Avec le double vitrage, je n'ai pas de difficulté particulière à passer l'été dans mon appartement". Tous les résidents ne semblent pas équipés de la même façon pour affronter la chaleur estivale. Il n’y a pas que les habitants de Bron qui sont touchés durant les périodes de canicule. Malheureusement, ce constat s’étend à l’ensemble des quartiers périphériques de Lyon, où les angles de rue sont rythmés par les barres d’immeubles et les tours des années 1960-1970. Au quartier du Mas du Taureau, les habitants ont, eux aussi, beaucoup souffert de la chaleur. A l’intérieur des habitations, il fait même plus chaud que dans la rue. “Chez moi, il fait toujours 3°C ou 4°C de plus que dehors. On monte facilement à 40°C. Alors imagine que tu cuisines des frites ou n’importe quoi. C’est pas vivable” explique Kahil.

Système D pour éviter un coup de chaud

Face à la chaleur, les habitants doivent faire preuve d’ingéniosité. C’est le cas d’un résident du Mas du Taureau qui déloge sa chambre durant la canicule. “Tous les jours je regarde la température de la pharmacie. Dès que ça monte trop, j’installe mon lit sur mon balcon et je dors dessus. Avant d’aller me coucher, je prends une bonne douche bien froide aux alentours de 22h et hop”, explique Youssoupha, visiblement fier de son idée. “Après, on dit que c’était vraiment la canicule cet été mais je ne trouve pas que ce soit pire que les autres années. On a l’habitude. Je dis peut-être ça parce les médias parlent moins de personnes âgées décédées etc”, suggère-t-il.  

Aux Minguettes, barbec’ en bas des tours

Aux Minguettes, les habitants qui reviennent peu à peu de vacances s’abritent chez eux pour fuir le soleil brûlant de cette fin de mois d’août. A 11h, le quartier est calme et beaucoup de volets restent clos. Malgré les arbres et parcs environnants, on étouffe dans les tours. "Avec les tours ça coupe l’air, on a du mal à respirer l’été", explique Touraya, mère de deux enfants. Direction la piscine pour se rafraîchir. Toni et Felix, deux adolescents du quartier, ont passé leur été dans les bassins alentours pour fuir la canicule. A côté de ça, les animations se font rares en plein été. " Avant il y avait un cinéma en plein air, maintenant ce n’est plus le cas", explique Felix en désignant une place vide. Les sorties se font finalement plutôt en dehors du quartier, même si rejoindre le centre de Lyon est plus compliqué avec les travaux du T6 qui ont coupé la ligne T4 jusqu’au 31 août. Quelques endroits encore ouverts attirent tout de même les habitants restés pour l’été : la piscine Delaune, la médiathèque et les centres de loisir pour les enfants.  En ce mercredi matin, les Vénissians se retrouvent au marché de la place Léon Sublet, investie de stands débordants de fruits et légumes d’été colorés. Un rendez-vous hebdomadaire pour Monique, qui vit aux Minguettes depuis 30 ans et n’est pas partie en vacances cet été, faute de moyens. Pour Sabrina, mère de famille, les étés aux Minguettes sont aussi synonymes de fêtes en famille. "L’été il y a beaucoup d’ambiance ici, on fait des barbecues en bas des tours ou dans des coins d’herbe". Malgré la chaleur dans les tours, les habitants profitent de leur été.

à lire également
La nouvelle scène culinaire lyonnaise est peut-être en passe de devenir un nouveau hotspot européen, voire mondial. Une nouvelle génération de chefs explose les codes et ébouriffe la cuisine made in Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut