Lyon-Leipzig : des villes jumelles qui s'ignorent

Quel lyonnais pourrait pourtant situer la ville d'Allemagne de l'Est sur une carte ? Très peu. Les hommes d'affaires et les touristes français sont cinq fois moins nombreux à venir à Leipzig que les Américains par exemple. Partant de ce constat, des personnalités du secteur du tourisme, de la gastronomie et du milieu associatif de Leipzig sont venus à Lyon mi-mars pour une offensive de charme.

Ces entrepreneurs ont eu une série d'entretiens avec les principaux responsables de l'Hôtel de ville, la Chambre de commerce, de l'institut Goethe et avec des responsables de projets en agences de voyages ainsi que des tours opérateurs.
Comment renforcer les liens entre les entreprises de Lyon et Leipzig ?
Comment favoriser les échanges touristiques ?
Tels étaient les sujets évoqués par la délégation de Leipzig menée par Anne Duhamel-Huebner, directrice d'Historia Travel, seule agence de voyage française à Leipzig. La majorité des touristes français qui passent par Berlin font un détour à Dresde, mais oublient Leipzig. La ville de 500.000 habitants a pourtant beaucoup à offrir : marcher sur les traces de J.S. Bach, longtemps maître de chapelle à Leipzig, mais aussi celles de Mendelsohn et Schumann. Et qui sait qu'avant de partir pour Bayreuth, Richard Wagner est né à Leipzig ? C'est dans les caves du restaurant de l'Auerbachs Keller que Goethe a situé la rencontre de son Faust avec le diable et les étudiants. Deux opéras, une immense foire du livre, une école de peinture contemporaine célébrée à New York... Les raisons de s'arrêter à Leipzig ne manquent pas.

Des pistes pour encourager les partenariats économiques entre les deux capitales régionales ont également été évoquées lors des rencontres à la Chambre de commerce. Il a été question notamment de synergies possibles entre les entreprises liées à l'environnement, de l'énergie solaire à la réhabilitation de zones industrielles, très présentes dans les deux régions.
Beaucoup reste à faire pour que Leipzig cesse d'être une tâche blanche sur la carte pour les Français ou que les Allemands ne songent à Lyon que sous forme de saucisson ou d'équipe de football, constate un membre de la délégation de Leipzig. Cette initiative privée a pour ambition de mobiliser des énergies dans les deux villes pour changer la donne. Pour y arriver, a-t-il été constaté lors de ces rencontres, il faudrait combler à terme un maillon fondamental : une liaison aérienne directe entre Lyon et Leipzig.

Anne Duhamel, Historia Travel

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut