fourvière

Lyon : le procès canonique du Père Preynat toujours suspendu

Pour ne pas interférer avec la justice, le procès canonique du Père Preynat est suspendu par le diocèse de Lyon depuis 2017.

La lettre du pape François appelant les catholiques à se mobiliser contre les crimes pédophiles a eu des répercussions sur l'ensemble du globe. En France, le père Pierre Vignon a écrit une lettre demandant la démission du Cardinal Barbarin suite à l'affaire du père Preynat. Ce dernier est accusé de faits de pédophilies envers des jeunes scouts entre 1978 et 1991. Une pétition a été lancée pour soutenir la lettre de Pierre Vignon (lire ici). Aujourd'hui, le père Preynat est toujours prêtre, son procès canonique étant suspendu depuis 2017. Néanmoins, des mesures canoniques ont déjà été prises contre lui. Selon le diocèse de Lyon, contacté par la rédaction, le père Preynat "ne peut pas célébrer la messe, même en privé, il n'a pas le droit de confesser, il ne peut avoir aucune activité pastorale".

Interrogé par Lyon Capitale, Monseigneur Emmanuel Gobilliard a accepté de revenir sur les raisons de l'interruption du procès canonique : "J'ai pu m'entretenir avec des professionnels de la justice, dont un procureur. Je lui ai expliqué ce qu'était un procès canonique. Qu'il s'agissait d'un procès normal avec le déroulement qu'il connait : une instruction, une enquête, des auditions de victimes, de témoins… Il m'a expliqué que cela pouvait être considéré comme une interférence avec la procédure actuellement en cours devant la justice, que les enquêteurs n'aimaient pas quand d'autres faisaient le même travail en même temps qu'eux". "À partir du moment où un témoin est interrogé, son discours peut être pollué et changé par la suite", précise Mgr Emmanuel Gobilliard à Lyon Capitale, "nous respectons la justice française et nous attendons désormais les résultats de l'enquête civile, c'est pour cela que le procès canonique reste suspendu".

à lire également
Barbarin
Le procès du Cardinal Barbarin va-t-il être renvoyé à nouveau ? Ce lundi matin, le tribunal correction de Lyon doit tenir l'audience des consignations, mais une citation n'aurait pas été envoyée à temps. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut