Lyon : le Petit Paumé va-t-il disparaître à cause des polémiques ?

Après 51 éditions, le futur du Petit Paumé pourrait être compromis. Les dernières polémiques ont mis à mal le célèbre guide lyonnais et des partenaires menacent de se retirer.

Est-ce la goutte d'eau qui pourrait avoir la peau du Petit Paumé ? Depuis ce week-end, le célèbre guide réalisé par des étudiants de l'EM Lyon est au cœur de la tempête. Tout est parti d'une critique qui a engendré une vive polémique :  "Alors que je fuis une bande de rebeus place Guillotière, je m’engouffre, un peu par hasard à ho36. Bonne pioche ! Des jeunes blancs qui travaillent sur leurs ordis, tout en sirotant un bon café latte. Je vais pouvoir me fondre dans la masse".

Les étudiants ont présenté leurs excuses, évoquant "des maladresses", mais d'autres critiques jugées problématiques ont été mises en avant, relaçant les débats. Sur un bar à Chicha, on pouvait lire, "Enfin un Émirat où la Sharia n'est pas appliquée, chicha au goût beurette de kalité. Ces princesses égyptiennes ont un de ces paniers à crotte !". Sur un restaurant asiatique (sur le site web du guide) : "Des Bò bún aussi explosifs que les bombes qui tombaient sur Hanoï en 1972".  À propos d'un pub : "En même temps, l'Irlande et l'Angleterre, c'est un peu le même délire : des roux qui mangent des fish and chips aromatisés à la bière et sortent en titubant à 21h en pleine semaine". Le restaurant de Grégory Cuilleron, "Cinq mains" est lui aussi l'objet d'une phrase qui interroge : "Comme quoi on peut être manchot sans avoir à faire la manche dans le métro".

Des partenaires menacent de quitter le navire

Plusieurs partenaires historiques du guide ont choisi de prendre leur distance dès lundi. Le Sytral a cessé de diffuser les publicités relatives au Petit Paumé sur ses écrans d'information iTCL. De son côté, Villeurbanne a annoncé que la distribution du 26 octobre était annulée, tout comme les animations qui devaient être organisées autour de l’événement (lire ici). Une seule distribution majeure a été réalisée pour l'instant : celle du 12 octobre place Bellecour. Aucune autre pourrait n'être réalisée, celle du 16 novembre à la Croix-Rousse est aujourd'hui très "incertaine".

Les exemplaires en stock pourraient être tout simplement détruits. "Avant, on se battait pour avoir son Petit Paumé et on était content de l'avoir sur sa table basse, maintenant, il donne la nausée et on le cache", confie l'un des partenaires majeurs. "Avec Internet, à l'heure de Trip advisor, le guide a peut-être fait son temps, nous regardons pour cesser tout partenariat", indique un autre. La polémique de 2018, avec une fausse citation d'Anders Breivik, "J'aime bien les îles, il n'y a pas moyen de fuir", avait déjà été mal vécue par certains partenaires. "Quand les gens demandent des comptes sur le Petit Paumé, ils nous contactent directement, nous demandent si notre institution cautionne les propos dans le guide, rappelle l'un d'entre eux, nous sommes plus exposés que les étudiants qui écrivent dedans et dont personne ne se souvient des noms". La possible fuite de ces partenaires dont le financement est nécessaire au Petit Paumé pourrait contribuer à fragiliser le guide. Par ailleurs, selon nos informations, certains restaurateurs réfléchissent déjà à refuser d’apparaître dans la prochaine édition du guide. "Nous pensons leur notifier notre volonté de ne pas voir notre nom dans le Petit Paumé", confie le gérant d'un établissement.

Une charte éthique ? 

Selon nos informations, même au sein de l'EM Lyon, les polémiques régulières commencent à agacer, le nom de l'école ressortant à chaque polémique. La survie du guide passera-t-elle par la signature d'une charte éthique et éditoriale, demandée par certains partenaires ? La métropole de Lyon a acheté 6 000 euros d'espaces publicitaires dans l'édition 2019 et accordé une subvention de 1 500 euros. Elle pourrait conditionner le renouvellement de telles aides en échange d'une élaboration d'une charte par la rédaction du Petit Paumé. Le président David Kimelfeld devrait recevoir prochainement le président du guide pour échanger sur les dernières polémiques. Du côté de Villeurbanne, on précisait lundi soir : "Nous serons heureux de pouvoir accueillir à nouveau le Petit Paumé dans les années à venir à la seule condition qu’il remplisse pleinement cet objectif avec éthique et vigilance". Si le Petit Paumé veut continuer de faire partie des incontournables de Lyon, il semble qu'il soit dans l'obligation de sérieusement se renouveler.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut