Opération repêchage de trottinettes dans le Rhône @AssociationOdysseus3.1

Lyon lance sa sélection des loueurs de trottinettes électriques

Si Gérard Collomb s'était ému de voir David Kimelfeld casser le contrat Rhônexpress à quelques jours des élections, de son côté la ville de Lyon vient de lancer sa sélection des opérateurs de trottinettes électriques.

Dans cette campagne pour les élections métropolitaines de Lyon et municipales, la mobilité est au cœur des enjeux, tout comme certains symboles. Ainsi, lors de la rupture du contrat Rhônexpress, Gérard Collomb s'était ému de voir David Kimelfeld tenter pareil manœuvre avant les élections (lire ici). Pourtant, sans attendre que ces dernières ne soient passées, la ville de Lyon vient de lancer un "Appel à projet pour l'activité de location de trottinettes électriques en libre-service, sans station et sans attache" (voir l'appel ici).

Si les enjeux sont bien moindres par rapport à un Rhônexpress, le symbole est pourtant bien présent. C'est la majorité actuelle qui aura défini le cahier des charges et conditions que devront respecter les entreprises qui candidateront. Les projets seront évalués "sur la base des points d'appréciation suivants" : "7 % gestion des données", "21 % développement durable", "35 % sécurité des usagers", "37 % gestion du service".

4 000 trottinettes au maximum

Ainsi, seuls deux opérateurs seront choisis à l'issue de cet appel. Chaque acteur pourra déployer un maximum de 2 000 trottinettes électriques sur le domaine public à Lyon, soit un total de 4 000 trottinettes au maximum. Les acteurs intéressés ont jusqu'au 20 avril pour déposer leur dossier. Le choix sera pris ensuite par la nouvelle équipe en place à la ville de Lyon, les deux acteurs sélectionnés bénéficieront d'une autorisation de 24 mois. Ils devront toujours verser 45 euros par an par trottinette déclaré, soit 90 000 euros pour 2 000 engins. Quant aux autres, ils n'auront plus le droit d'installer leur trottinette électrique à Lyon.

Faire défiler vers le haut