Lyon : la voie vélo et bus revient sur Foch et Saxe en version définitive

La "coronapiste" des avenues Foch et Saxe avait été supprimée juste avant les élections à Lyon. Cette voie vélo et bus revient en version définitive. 

La piste cyclable des avenues Foch et Saxe, installée lors de la campagne d'urbanisme tactique pour préparer le déconfinement, avait été retirée avant les élections. La métropole de Lyon avait invoqué des temps de parcours plus longs pour les automobilistes. Par ailleurs, des conducteurs l'empruntaient pour doubler par la droite ou l'utilisaient comme espace de stationnement.

La nouvelle majorité verte de la métropole de Lyon a choisi de remettre en place cet aménagement, mais aussi de le pérenniser. Exit la peinture jaune, ce sont des pictogrammes blancs qui sont actuellement installés. L'aménagement est en cours de finalisation et sera terminé pour la rentrée. 

40 commentaires
  1. alexbreuil - 24 août 2020

    très bonne décision pour le bien-être des piétons (traversées facilitées), des bus, des riverains (moins de bruit), des cyclistes. merci !

  2. achane - 24 août 2020

    parfait, de toute façon il n’y a pas le choix, il faut virer le maximum de voitures, nous avons changé d’époque et c’est tellement bien.

  3. Galapiat - 24 août 2020

    les khmers rouges ont eux aussi leurs heures de gloire. savoir être patient , on ne refoule pas le progrès surtout sans préparations, sans solutions de remplacement

    1. vive_la_monnaie - 25 août 2020

      OK BOOMER

      1. populiste - 25 août 2020

        Un message pour l'ensemble des glandos heureux de ce machin. Lorsque les gens qui travaillent et produisent quitteront LYON par lassitude vous allez vivre de quoi puisque vos aides seront supprimées?

  4. rouge-vert-noir - 24 août 2020

    très belle décision, je suis hyper fier d être Lyonnais.

  5. vive_la_monnaie - 24 août 2020

    Excellente nouvelle, bravo. Contre les petits malins doublant par la droite, video verbalisation ca devrait en calmer plus d’un 🙂

  6. michaell - 25 août 2020

    Bravo pour cette action concrète pour la sécurité des personnes et la fluidité du trafic en bus.

  7. populiste - 25 août 2020

    Un message pour l'ensemble des glandos heureux de ce machin. Lorsque les gens qui travaillent et produisent quitteront LYON par lassitude vous allez vivre de quoi puisque vos aides seront supprimées?

    1. vive_la_monnaie - 25 août 2020

      Ok boomer. Vous pouvez retourner dans votre pmu maintenant

  8. ines perret - 25 août 2020

    Donner 30% de la voie a 95% du trafic, excellent !
    Il faut habituer ces veaux de francais a obéir bêtement aux ordres les plus stupides !
    Ta voie est bouchée et celle a ta droite est vide, tu restes dans ton bouchon !!!
    La voie d'en face ne voit passer qu'un trolley par demi heure et tu veux tourner dans la prochaine a gauche ? On t'as dit non ! tu avances lentement et tu tourneras a gauche dans 20 minutes

    1. Olivier - 26 août 2020

      A Lyon, d'après l'INSEE, moins de 40% des trajets domicile travail sont réalisés en voiture. Or dans une rue, de façade à façade, on est plutôt à 70% réservé à la voiture, stationnement de surface compris.
      Pour reprendre votre commentaire : Ton trottoir est encombré? Tu risques ta vie si tu veux prendre ton vélo? On t'a dit non ! Marche à deux à l'heure sur un trottoir de 50cm de large et attends deux minutes à chaque carrefour, après tout, c'est pas comme si tu devais toi aussi aller au travail... Oh tu te plains encore ? On peut encore supprimer les trottoirs comme ça tu prendras ta voiture, comme tous les gens honnêtes. Plus on est de fous dans les bouchons, mieux on rit.

      1. Olivier - 26 août 2020

        Défendre le 100% voiture comme vous le faites en vous imaginant qu'il représente 95% de gens, est tout aussi absurde que de vouloir passer au 100% vélo. Il y a un équilibre à trouver, et celui d'aujourd'hui, qui favorise encore très largement la voiture, n'a rien de naturel (en ville).
        Si vous avez l'impression que l'on donne trop au vélo, faites l'effort d'essayer la bicyclette une ou deux fois pour vous mettre à la place des cyclistes, vous verrez que malgré ce que vous pensez, les voitures sont encore très chouchoutées en comparaison, même en leur supprimant quelques voies.

        1. Pije - 26 août 2020

          Merci de relire le message d'origine dans lequel Ines Perret ne demande pas 100% de voiture mais dit seulement qu'elles représentent 95% du trafic.
          Pour le comptage des véhicules il y a 2 capteurs sur l'avenue du maréchal de saxe. Les données en moyenne journalières pour les jours ouvrables en 2019 sont de 13 104 pour l"un et 12 546 pour l'autre avec des débits horaires max de 1 060 et de 965 veh/h.
          Si on considère que 5% de véhicules ne sont pas des voitures ce flux moyen journalier hors voiture est donc de 655 / 627.
          Désolés ces capteurs ne comptent pas les cyclistes
          Au final vous conviendrez même si cela ne colle pas avec vos idées que plus le flux de voiture représente plus de 95% du flux journalier dans cette avenue sauf si vous démontrer qu"il y a plus de 650 passages journaliers de bus et tramways dans cette avenue.
          Si nécessaire regarder le site d'où sont extraites les données : https://data.grandlyon.com/jeux-de-donnees/comptage-criter-metropole-lyon/donnees

          1. Olivier - 27 août 2020

            Même si les chiffres d'Ines sont juste, c'est peut-être parce qu'il n'y a pas de piste cyclable ? On ne décide pas de construire un pont en comptant les gens qui traversent à la nage.
            Il ne sert à rien de discuter de l'utilité de faire une piste cyclable (ou une route, d'ailleurs) sur la base du trafic avant ou juste après la mise en place.
            C'est dans 2 ans qu'il faudra faire le bilan :
            - la proportion de vélo sur cet axe stagne ? Alors remettons les choses comme avant.
            - la proportion de vélo augmente ? Alors l'absence de piste privait des gens de la liberté de choisir le vélo. Et la liberté de choix, c'est important, non ?

        2. Pije - 27 août 2020

          Je rappelle que les données sont celles de 2019.
          Effectivement on aura le bilan réel de la suppression d'une voie voiture en 2022 avec les chiffres de 2021.
          On pourra refaire l'exercice. Mais je pense qu'un transfert aussi massif vers d'autres modes est impossible quand la seule alternative proposée aujourd'hui est le vélo dans cette avenue.

      2. ines perret - 27 août 2020

        Je parlais du trafic et non du stationnement... donc je maintiens mes 30% de la surface des 3 voies pour les voitures.
        J'habite le quartier, les trottoirs de Saxe sont larges, environ 5m (et non 50cm !) et des 2 cotés !
        Une piste cyclable sud/nord existait AVANT le covid malgré les 2 voies pour les voitures, je l'empruntais tous les matins... elle suffisait largement.
        Une piste cyclable nord/sud existait AVANT le covid malgré les 2 voies pour les voitures sur la voie des trolleys (puisqu'il y a environ en moyenne un trolley par demi-heure)
        Je l'empruntais tous les soirs... elle suffisait largement.
        Bref, aujourd'hui, je reviens a mon 1er post, des bouchons énormes alors que 70% de l'avenue est vide 95% du temps ! Et pire, ces bouchons 'remontent' dans les autres artères en amont (Bonnel, Jaurés, Villeroy, Guillotière jusqu'au quais !)... le meilleur est l'ennemi du bien ! Bienvenue à la pollution ! Vive l'écologie
        PS : et il me tarde de voir un camion garé sur l'unique voie pour livrer une supérette en pleine journée... Ubu roi chez les soverts (soviets verts) !

      3. ines perret - 27 août 2020

        Les trottoirs de Saxe font env. 5m de chaque coté, pas 50 cm

        1. Olivier - 28 août 2020

          Vous caricaturiez, j'ai répondu avec une caricature.
          Et je ne parle pas de cette rue en particulier mais de l'urbanisme en général : l'arbitrage a très souvent été fait à la faveur de la voiture dans les 50 dernières années. C'est pour ça que le changement peut surprendre pour qui s'est habitué aux avantages comme aux inconvénients.
          De nouvelles habitudes, ce sont forcément de nouveaux inconvénients, mais ce sont aussi de nouveaux avantages, il ne faut pas balayer le changement sans avoir fait un bilan.
          Le sentiment de Pije est peut-être bon, le vélo ne sera peut-être pas suffisant, mais on ne peut pas le vérifier sans tester.

    2. Bernard G - 27 août 2020

      @Ines Perret, sur l'avenue de Saxe, 95 % des gens sont plus sûrement à pied, dans les bus et en vélo que dans des voitures.

      1. Pije - 27 août 2020

        Pourquoi pas, tant qu'à affirmer sans vérifier, allons y !!!

        Reprenons les seuls chiffres mesurés à savoir 13 104 et 12 546 veh/j (je n’ai pris les 2 points en partie sud de l’avenue).
        https://data.grandlyon.com/jeux-de-donnees/comptage-criter-metropole-lyon/donnees.
        Retirons de ce comptage les bus en semaine :
        Pour C4 c’est 178/j (au total des 2 sens et pour les 2 points de comptage)
        Pour C14 c’est 200/j (au total des 2 sens et les 2 points de comptage).
        Il reste donc 12 726 et 12 168 veh/j qui ne sont pas des bus et que l’on peut raisonnablement considérer comme des voitures.
        Considérons 1 seule personne par voiture (en dessous ce n'est pas possible) ce qui vous en conviendrez est une hypothèse minorante.
        Selon vous 95% des gens sont à pied, en vélo ou en bus et donc 5% en voiture soit entre 254 520 et 243 360 personnes/jour à pied, en vélo ou en bus.
        Merci de nous dire comment avez-vous effectué votre estimation.

        1. Bernard G - 29 août 2020

          De votre côté,@Pije, et avec l'aide d'Ines Perret, pouvez vous prouver que les gens à bord des 12 726 ou 12 168 véhicules individuels motorisés (je vous concède "1,5" personne dans chacun, pour se rapprocher de la réalité) constituent 95 % des passants dans les avenues Saxe/Foch.

          Ou même, la proportion des gens dans une voiture par rapport à la totalité des gens sur l'avenue justifie t-elle que les voitures disposent de 40 % (stationnement et 2 files de circulation) de la largeur totale de l'avenue ?

          Puis je rappeler que le souhait des nouveaux élus est de faire baisser - pour des raisons que j'estime valables - le chiffre des passages en véhicules individuels motorisés ?

          On peut même espérer que moins de voitures venant en ville demanderont moins de places de stationnement, ce qui permettra de faire mieux respecter les aires de livraison des commerces (voire d'en créer davantage), et qu'on verra moins de camions à l'arrêt sur la file centrale ou celle à droite (quand ce n'est pas dans le couloir bus nord->sud) pour décharger la marchandise.

          1. Pije - 30 août 2020

            Je vous invite à bien relire le post d'Inès qui concerne la circulation :
            "Donner 30% de la voie a 95% du trafic, excellent !"
            Sans ambiguïté son propos vise bien le flux de véhicules avec notamment la suite où elle parle de voie, de trolley, de tourner à gauche bref elle mentionne bien les véhicules. Dont sans ambiguïté la démonstration des 95% est faites et a même montré que c'était sous évalué de 2 points :
            (13 104 - 378) / 13 104 = 97,1%
            (12 546 - 378) / 12 546 = 97,0%

            Bernard G, votre première pirouette en incluant les piétons et les vélos et en parlant des personnes tout en renversant la proportion de 95% n'a pas été réussi.
            Votre seconde pirouette est remarquable comme vous êtes pris en défaut sur votre première affirmation vous demandez de justifier les chiffres d'Ines. Tactique classique pour faire croire que les autres se trompent. Relisez ce qui ci dessus et là encore désolé mais c'est raté.

            Je rappelle à nouveau que les chiffres datent de 2019 attendons ceux de 2021 pour confirmer ou infirmer ls propos d'Ines

            Si le souhait est de limiter les places de stationnement d'autres solutions je ne vois pas en quoi la suppression d'une voie de circulation aboutit à ce résultat.
            Par contre pour atteindre cet objectif il existe des solutions existantes mais malheureusement peu développées sans restreindre inutilement l'usage d'un véhicule particulier (peut importe sa motorisation) en développant :
            L'usage de véhicule à 2 places au gabarit réduit comme les Twizy ou les smart en reconnaissant leur gabarit réduit dans le prix du stationnement par exemple
            Le déploiement de l'autopartage en station fixe ou en free floating comme CITIZ et YEA sur toute la métropole.
            On pourrait aussi combiner ces 2 solutions pour encore plus d'efficacité.

            Etant moi même adhérent de CITIZ depuis plus de 10 ans j'ai pu me passer personnellement de voiture personnelle sans me restreindre inutilement.

            C'est sur ces solutions ne sont pas assez vertes pour des écolos pur jus mais elles ont le méritent d'exister et pourraient rendre service si on voulait bien les regarder d'un peu plus près.

            Le rejet systématique de la voiture est une impasse particulièrement aujourd'hui en période de crise sanitaire quand les transports en commun sont des facteurs aggravants de contamination.

      2. ines perret - 27 août 2020

        Permettez moi 3 remarques amicales
        1 - le trafic, en français, cela ne contient pas les piétons
        2 - je ne parlais que de trolley cad que je compare la place dévolue aux voiture versus celle pour les trolleys car ils sont électriques (et les vélos).
        Je ne vois pas en quoi un bus diesel qui pèse 12 tonnes (le soir je vois souvent qu'on déplace 12 tonnes de métal même quand il y a qu'un ou 2 passagers !) serait plus écologique qu'une voiture (sans parler des voitures électriques ou hybrides) et mériterait plus de considération 'verte'
        3 - donc, si on retire les piétons et les bus diesel, je maintiens que les voiture font environ 95% du trafic

  9. vive_la_monnaie - 25 août 2020

    Source des 30/95% ? Votre imaginaire florissant peut etre? 🙂

    1. Pije - 26 août 2020

      Petite erreur effectivement 1 voie sur 3 = 33% mais l'ordre de grandeur reste valide
      Voilà pour l'un de deux pourcentages annoncés

      1. ines perret - 27 août 2020

        La voie pour les voitures est effectivement une voie sur 3
        MAIS en largeur elle est beaucoup plus étroite que les autres d'où mes 30% et non 33.

    2. Pije - 26 août 2020

      Pour le comptage des véhicules il y a 2 capteurs sur l'avenue du maréchal de saxe. Les données en moyenne journalières pour les jours ouvrables pour 2019 sont de 13 104 pour l"un et 12 546 pour l'autre avec des débits horaires max de 1 060 et de 965 veh/h.
      Si on considère que 5% de véhicules ne sont pas des voitures ce flux moyen journalier hors voiture est donc de 655 / 627.
      Finalement même le chiffre de 95% est également valide sauf si vous savez démontrer qu'il y a autant de bus par jour dans l'avenue.
      Quand l'imaginaire est dans le cerveau de celui qui veut en imposer sans se soucier de la réalité

      J'oubliais, je tire les chiffres de ce site :
      https://data.grandlyon.com/jeux-de-donnees/comptage-criter-metropole-lyon/donnees

      1. Olivier - 27 août 2020

        Merci pour la source.
        Au sujet des bus, il faudrait regarder le nombre de personnes transportées, plutôt que le nombre de véhicules.
        Toujours d'après l'INSEE, à Lyon, la proportion de personnes se déplaçant en transport en commun est plus grande que celle se déplaçant en voiture. une voie de bus retirée aux voitures a donc son utilité, même si peu de bus y passent.
        La place en ville est chère, et une route conçue pour des voitures transportant une seule personne dans la très grande majorité des cas est le moins efficace en terme de débit de personne, c'est physique. Il est vrai que c'est souvent le plus pratique individuellement, d'où la difficulté de changer les habitudes, et c'est un vrai sujet, je ne l'ignore pas, il faut proposer des alternatives. Mais aujourd'hui, le trafic est bien plus important et je plaide pour que les désavantages collectifs (manque d'efficacité, bruit, dangerosité) soient mieux pris en compte par chacun.
        Vous pouvez souhaiter que rien ne change, mais ça ne me paraît pas être dans l'intérêt général. En revanche, je vous accorde que l'on peut discuter de la vitesse des changements : va-ton trop vite aujourd'hui ? Seul le temps nous le dira.

        1. Pije - 27 août 2020

          Donc vous admettez au final que les chiffres de trafic (flux de véhicules) ne sont pas si faux que ça et sont même peut être minorés.
          Comme quoi des fois les impressions premières ne sont pas les bonnes.
          La pirouette sur le nombre de personnes est habile, bien évidemment on met plus de personnes dans un bus que dans une voiture. N'oublions pas au passage qu'un bus occupe plus de place qu'une voiture. Mais je vous concède qu'au mètre linéaire le taux de charge d'un bus est meilleur qu'une voiture.
          N'étant pas en mesure de trouver la fréquentation des lignes de bus C4 et C14, il est difficile de savoir combien de personnes passent dans cette avenue en bus, tout en sachant qu’ils circulent dans les 2 sens contrairement aux voitures.
          De même il n’y a pas de comptage des personnes à bord des voitures donc pas moyen non plus de savoir précisément combien de personnes passent dans cette avenue en voiture.
          On peut quand faire une approche minimaliste comme suit :
          Reprenons les seuls chiffres mesurés à savoir 13 104 et 12 546 veh/j (je n’ai pris les 2 points en partie sud de l’avenue).
          https://data.grandlyon.com/jeux-de-donnees/comptage-criter-metropole-lyon/donnees.
          Retirons de ce comptage les bus en semaine :
          Pour C4 c’est 178/j (au total des 2 sens et pour les 2 points de comptage)
          Pour C14 c’est 200/j (au total des 2 sens et les 2 points de comptage).
          Il reste donc 12 726 et 12 168 veh/j qui ne sont pas des bus et que l’on peut raisonnablement considérer comme des voitures.
          Considérons 1 seule personne par voiture (en dessous ce n'est pas possible) ce qui vous en conviendrez est une hypothèse minorante. On obtient donc 12 726 et 12 168 pers/j qui circulent en voiture a minima et dans le sens sud / nord uniquement.
          Si on considère que la moyenne est plus probablement à 1,5 personnes/voiture on obtient donc 19 089 et 18 252 pers/j qui circulent en voiture dans cette avenue et dans le sens sud / nord uniquement.
          Combien en restera t’il après la réduction à 1 voie ?
          Reprenez la réflexion de bon sens d’Ines avec une seule voie en cas de changement de direction de la voiture qui vous précède toute la file s’arrête si ce véhicule ne peut pas s’engager dans sa nouvelle voie.
          Quel sera le report sur les autres rues et combien de personnes vont prendre un autre mode de transport ?
          Faire le pari du vélo comme ce qui est prévu dans le cas présent pour cette avenue me semble manquer sérieusement de réflexion.
          L’autre question souvent occultée est comment répondre avec des grands bus au besoin très variés de déplacement de personnes.
          Dans la logique actuelle de réduire la voirie pour la voiture on oublie trop vite la population vivant hors de Lyon mais dans la métropole qui travaille dans Lyon où qui a besoin d’y venir. Quels moyens alternatifs lui propose t’on : trop peu selon moi.

      2. Bernard G - 27 août 2020

        Il y a environ 350 passages de bus C4 et C14 par jour (+ quelques autres lignes ayant un trajet sur une section plus courte des avenues Foch/Saxe).
        En "hypothésant" seulement 10 voyageurs par trajet ça donne 3500 personnes dans les TC, proportion bien supérieure aux 5 % de ines Perret. source fiches horaires sur http://www.tcl.fr)

        @Olivier, on peut bien sûr discuter de la vitesse des changements, comme l'ont fait les élus précédents pendant des décennies.
        Mais les électeurs des Verts les ont-ils élu pour voir des discussions sur les aménagements cyclables ou TC se prolonger encore ?

        1. ines perret - 27 août 2020

          NB je n'ai parlé que de trolley cad que je compare la place dévolue aux voiture versus celle pour les trolleys électriques et les vélos.
          Je ne vois pas en quoi un bus diesel qui pèse 12 tonnes (le soir je vois souvent qu'on déplace 12 tonnes de métal pour transporter un ou 2 passagers !) serait plus écologique qu'une voiture (sans parler des voitures électriques ou hybrides) et mériterait plus de considération 'verte'

        2. Pije - 28 août 2020

          Merci Bernard G pour votre estimation sur le nombre de passagers moyen par bus qui me manquait précédemment
          Reprenons les seuls chiffres mesurés à savoir 13 104 et 12 546 veh/j (je n’ai pris les 2 points en partie sud de l’avenue).
          https://data.grandlyon.com/jeux-de-donnees/comptage-criter-metropole-lyon/donnees.
          Retirons de ce comptage les bus en semaine :
          Pour C4 c’est 178/j (au total des 2 sens et pour les 2 points de comptage)
          Pour C14 c’est 200/j (au total des 2 sens et les 2 points de comptage).
          Il reste donc 12 726 et 12 168 veh/j qui ne sont pas des bus et que l’on peut raisonnablement considérer comme des voitures.
          Considérons 1 seule personne par voiture (en dessous ce n'est pas possible) ce qui vous en conviendrez est une hypothèse minorante. On obtient donc 12 726 et 12 168 pers/j qui circulent en voiture a minima et dans le sens sud / nord uniquement.
          Pour le 378 passages/j des bus C4 et C14 on obtient 3 780 personnes qui circulent en bus dans les 2 sens.
          D'après votre précédent message selon vous 95% des gens sont à pied, en vélo ou en bus et donc 5% en voiture soit entre 254 520 et 243 360 personnes/jour à pied, en vélo ou en bus. si l'on retranche le personnes en bus on obtient 251 140 et 239 580 personnes/jour à pied ou en vélo.
          Merci pour votre aide sur le nombre de voyageurs par bus mais comment avez vous estimez le piétons et cyclistes ?

        3. Pije - 28 août 2020

          Bernard G je vous cite :
          "Mais les électeurs des Verts les ont-ils élu pour voir des discussions sur les aménagements cyclables ou TC se prolonger encore ?"

          N'y avait il pas dans le programme des nouveaux élus un notion de concertation avec la population. Pardon j'ai du rêver.

          Au fait de quelles discussions vous parlez, au sujet de pistes cyclables mises en place pendant le confinement sous prétexte d'urbanisme tactique alors que chacun sait que l'on était en campagne électorale.

        4. Olivier - 28 août 2020

          Bonne démonstration, les chiffres semblent cohérents, mais je ne les trouve pas pertinents dans ce débat :
          - ils sont trop locaux (est-ce correct de ne regarder le trafic que sur une seule rue, plutôt que sur toute la ville?)
          - ils supposent que 100% des ces véhicules sont utilisés par nécessité, et non par confort. Je connais un certain nombre de gens qui n'adaptent pas leur choix de véhicule en fonction du trajet : ils font le choix de la voiture quelque soit la distance, la météo, le chargement du véhicule, les alternatives possibles. C'est leur droit mais il faut avoir l'honnêteté de reconnaître qu'ils contribuent inutilement aux embouteillages. Quel est leur proportion ? 1 voiture sur 20? sur 5? Peut-être autant que la perte d'une voie? On ne sera pas d'accord sur les estimations, chacun choisira le bord de la fourchette qui l'arrange, mais je note que je n'ai encore jamais vu un type contraint de prendre sa voiture faire remarquer (gentiment) à son ami qui la prend pour 2 km que cela augmente les embouteillages qu'il doit subir, alors que tous les deux seront sans doute d'accord pour se plaindre du développement des pistes cyclables. Et j'ai déjà vu le deuxième utiliser le premier comme exemple pour préserver son confort, au détriment du confort de tous les autres usagers, son ami inclus.
          - et pour finir, comme déjà dit, Ines suppose que le traffic est la conséquence d'un besoin, alors que je pense que c'est la conséquence de l'aménagement : sur une route conçue pour des voitures, on trouve... des voitures, ça me paraît évident, mais ce n'est pas vraiment un argument. (Le bon argument est de dire qu'il est nécessaire de dédier des rues au trafic automobile, au regard du besoin actuel et futur dans toute la ville. Et vous avez effectivement complété l'argument d'Ines en ajoutant celui-ci. Pour moi, cet argument est tout à fait valide si l'estimation du besoin actuel et futur est juste, c'est donc le besoin futur que je conteste, mais là on ne tombera pas d'accord 🙂 )

          1. Pije - 29 août 2020

            L'article que nous commentons parle bien de l'avenue de saxe et du passage en version définitive à une seule voie pour les voitures, on est donc bien sur un problème local.
            Comme Bernard G votre réaction première au premier message d'Ines Perret a été de remettre en question les chiffres qu'elle annonçait en étant pour le moins ironique.
            Les données ne plaidant pas en votre faveur vous dites il faut regarder la ville dans sa globalité.
            Pourquoi pas même si l'exercice risque d'être plus fastidieux et j'avoue ne pas avoir le temps nécessaire pour le faire. Par contre intuitivement ce qui vaut pour l'avenue de Saxe risque bien d'être généralisable. Juste pour vous imager mon intuition quels seraient les chiffres dans toutes les rues ou aucun bus ne passe.
            Si la généralisation est nécessaire elle doit a minima concerner toute la métropole. Habitant dans une commune en limite de métropole j'aurais beaucoup à vous apprendre sur les belles solutions de nos nouveaux élus qui n'ont aucune applicabilité dans ce type de commune.
            Le fait qu'un déplacement soit nécessaire ou superflu n'est pas lié au mode de transport dès lors que celui ci est confortable. Au final c'est peut être ça le vrai besoin des gens mais leur a t'on posé la question ?
            Ines Perret a clairement exposé sa crainte vis à vis des embouteillages dès lors qu'il n'y a qu'une seule voie. Votre propos sur la non nécessité de certains trajets en voiture ne changera pas le problème du changement de direction ou du camion de livraison qui bloque la circulation.
            Vous affirmez à plusieurs reprises que l'urbanisme de Lyon a été conçu pour la voiture. Sans être historien de Lyon, je pense que le tracé des avenues et même des rues de Lyon a été fait bien avant l'invention de la voiture. la largeur que vous évoquez entre les 2 rangées d'immeubles date et n'a rien à voir avec la voiture automobile.
            Seul l'aménagement de cet espace évolue au fil du temps comme aujourd'hui dans l'avenue de saxe.
            Le principe de la circulation des véhicules à 2, 3 ou 4 roues répond peu ou prou aux mêmes lois physiques que la mécanique des fluides qui permet aux hydrauliciens de modéliser l'écoulement des cours d'eau. Si vous réduisez le cours principal d'un fleuve, le flux va se répartir si possible dans les bras secondaires et sinon ça va déborder. Réduire une artère routière principale revient au même sauf qu'ici il n'y a pas de débordement possible et donc ça coince.
            Pourquoi ne pas consacrer des rues moins importantes aux seuls vélos et aux voitures des riverains (comme ce qui est fait pour les zones piétonnières comme la rue de la république).
            Pour les besoins futurs, difficile d'anticiper mais ne rêvons pas l'être humain a besoin de lien social direct et aura donc toujours besoin de se déplacer même si ce n'est pas nécessaire.

          2. Pije - 30 août 2020

            L'article que nous commentons parle bien de l'avenue de saxe et du passage en version définitive à une seule voie pour les voitures, on est donc bien sur un problème local.
            Comme Bernard G votre réaction première au premier message d'Ines Perret a été de remettre en question les chiffres qu'elle annonçait en étant pour le moins ironique.
            Les données ne plaidant pas en votre faveur vous dites il faut regarder la ville dans sa globalité.
            Pourquoi pas même si l'exercice risque d'être plus fastidieux et j'avoue ne pas avoir le temps nécessaire pour le faire. Par contre intuitivement ce qui vaut pour l'avenue de Saxe risque bien d'être généralisable. Juste pour vous imager mon intuition quels seraient les chiffres dans toutes les rues ou aucun bus ne passe.
            Si la généralisation est nécessaire elle doit a minima concerner toute la métropole. Habitant dans une commune en limite de métropole j'aurais beaucoup à vous apprendre sur les belles solutions de nos nouveaux élus qui n'ont aucune applicabilité dans ce type de commune.
            Le fait qu'un déplacement soit nécessaire ou superflu n'est pas lié au mode de transport dès lors que celui ci est confortable. Au final c'est peut être ça le vrai besoin des gens mais leur a t'on posé la question ?

          3. Pije - 30 août 2020

            Ines Perret a clairement exposé sa crainte vis à vis des embouteillages dès lors qu'il n'y a qu'une seule voie. Votre propos sur la non nécessité de certains trajets en voiture ne changera pas le problème du changement de direction ou du camion de livraison qui bloque la circulation.
            Vous affirmez à plusieurs reprises que l'urbanisme de Lyon a été conçu pour la voiture. Sans être historien de Lyon, je pense que le tracé des avenues et même des rues de Lyon a été fait bien avant l'invention de la voiture. la largeur que vous évoquez entre les 2 rangées d'immeubles date et n'a rien à voir avec la voiture automobile.
            Seul l'aménagement de cet espace évolue au fil du temps comme aujourd'hui dans l'avenue de saxe.
            Le principe de la circulation des véhicules à 2, 3 ou 4 roues répond peu ou prou aux mêmes lois physiques que la mécanique des fluides qui permet aux hydrauliciens de modéliser l'écoulement des cours d'eau. Si vous réduisez le cours principal d'un fleuve, le flux va se répartir si possible dans les bras secondaires et sinon ça va déborder. Réduire une artère routière principale revient au même sauf qu'ici il n'y a pas de débordement possible et donc ça coince.
            Pourquoi ne pas consacrer des rues moins importantes aux seuls vélos et aux voitures des riverains (comme ce qui est fait pour les zones piétonnières comme la rue de la république).
            Pour les besoins futurs, difficile d'anticiper mais ne rêvons pas l'être humain a besoin de lien social direct et aura donc toujours besoin de se déplacer même si ce n'est pas nécessaire.

  10. ines perret - 27 août 2020

    Je parlais du trafic et non du stationnement... donc je maintiens mes 30% de la surface des 3 voies pour les voitures.
    J'habite le quartier, les trottoirs de Saxe sont larges, environ 5m (et non 50cm !) et des 2 cotés !
    Une piste cyclable sud/nord existait AVANT le covid malgré les 2 voies pour les voitures, je l'empruntais tous les matins... elle suffisait largement.
    Une piste cyclable nord/sud existait AVANT le covid malgré les 2 voies pour les voitures sur la voie des trolleys (puisqu'il y a environ en moyenne un trolley par demi-heure)
    Je l'empruntais tous les soirs... elle suffisait largement.
    Bref, aujourd'hui, je reviens a mon 1er post, des bouchons énormes alors que 70% de l'avenue est vide 95% du temps ! Et pire, ces bouchons 'remontent' dans les autres artères en amont (Bonnel, Jaurés, Villeroy, Guillotière jusqu'au quais !)... le meilleur est l'ennemi du bien ! Bienvenue à la pollution ! Vive l'écologie
    PS : et il me tarde de voir un camion garé sur l'unique voie pour livrer une supérette en pleine journée... Ubu roi chez les soverts (soviets verts) !

  11. ines perret - 27 août 2020

    NB je n'ai parlé que de trolley cad que je compare la place dévolue aux voiture versus celle pour les trolleys électriques et les vélos.
    Je ne vois pas en quoi un bus diesel qui pèse 12 tonnes (le soir je vois souvent qu'on déplace 12 tonnes de métal pour transporter un ou 2 passagers !) serait plus écologique qu'une voiture (sans parler des voitures électriques ou hybrides) et mériterait plus de considération 'verte'

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut