Ecole Victor Hugo
© Sylvian Baudry

Lyon : l'école Victor Hugo occupée à son tour

Le collectif "Jamais sans toit" continue de se mobiliser pour les élèves sans domicile et leurs familles. Depuis vendredi soir, c'est l'école Victor Hugo, dans le 1er arrondissement, qui est occupée.

"Après Doisneau, après Servet, c'est dans le gymnase de l'école élémentaire Victor Hugo qu'à partir de ce [vendredi] soir, sont mises à l'abri les familles sans toit de nos écoles", annonçait hier le collectif "Jamais sans toit". Une famille d'origine roumaine peut ainsi passer la nuit au chaud, sur des matelas de gymnastique.

"On l'a déjà fait il y a trois ans, on avait obtenu un hébergement pour un ou deux mois", se souvient une parent d'élève, présente dans l'école des pentes de la Croix Rousse ce samedi. Mais les parents d'élèves ne sont pas les seuls à se mobiliser. "Des habitants du quartier, des voisins, passent souvent pour nous demander si on a besoin de quelque chose", poursuit-elle.

Une enseignante ajoute : "L'idée de bloquer des écoles, c'est un symbole, pour faire pression, pour que la préfecture et l’État soit au courant. Le but est que tout le monde sache qu'il y a un problème."

"Les enfants ne comprennent pas"

Néanmoins, les forces de l'ordre veillent. La police est venue plusieurs fois près de l'école et a cherché à se renseigner : "La police nationale est passée, puis la police municipale. Ils m'ont demandé qui était le chef, la personne à contacter, explique cette même parent d'élève. Les enfants ne comprennent pas pourquoi la police les empêche de dormir ici au chaud, comme s'ils étaient des voleurs..."

Désormais, les membres de "Jamais sans toit" vont continuer à se relayer, en attendant un signe de la préfecture ou de la métropole. Ils espèrent ne pas connaître le même sort que l'école Robert Doisneau, dont l'accès a été bloqué par la police cette semaine.

à lire également
Un duo bénévole-réfugié en plein montage du festival Lyon BD © Tim Douet – juin 2018
Dans le cadre de Lyon BD, la galerie de la place des Terreaux accueille du 5 au 10 juin une exposition sur les réfugiés dans la BD. Mais le festival va plus loin, intégrant à son équipe de bénévoles des réfugiés membres de l’association Singa.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut