Vignette Crit’Air ©DR

Lyon : Kimelfeld veut activer la circulation différenciée

La métropole souhaite anticiper et quelque peu contourner la législation actuelle afin de mettre en place la circulation différenciée de manière proactive alors qu'un pic de pollution à l'ozone est en cours dans le Grand Lyon. La décision reviendra à la préfecture du Rhône, qui dispose de cette compétence.

Lors d'une conférence de presse, David Kimelfeld a annoncé “vouloir anticiper” le pic de pollution à venir en mettant en place rapidement la circulation différenciée dans la métropole de Lyon via les vignettes Crit’Air. “Nous travaillons sur ce sujet avec le préfet pour que l'on puisse réagir plus vite”, a déclaré le président de la métropole de Lyon.

Lors du pic de février, cette circulation différenciée avait été mise en place en fin d'épisode de pollution pour respecter la législation. En effet seul le niveau 1 de l'alerte avait été déclenché et non le niveau 2 nécessaire pour mettre en place cette procédure. Ce qu'avait regretté la métropole à l'époque. 

Ce contournement, ou tout au moins cette torsion de la législation, comporterait tout de même un risque juridique en cas de saisine du tribunal administratif par un industriel ou toute personne se sentant lésée. Ce dernier prenant le risque de ternir son image en attaquant une décision prise pour la qualité de l'air.

Risque que ne souhaiterait pas prendre la préfecture du Rhône qui souhaite respecter la réglementation actuelle. Selon nos informations, les services de l’État ont entamé une procédure il y a deux mois pour modifier l’arrêté zonal afin de pouvoir réagir plus rapidement en cas d’épisode de pollution.

Pollution à Lyon  : pourquoi déclencher seulement l'alerte 1  ?

à lire également
18 interpellations, 9 policiers légèrement blessés et 3 vitrines de magasins dégradées : le bilan de cette nuit de célébration de la victoire de l'Algérie en CAN reste relativement bon selon la préfecture, compte tenu de l'importante affluence dans les rues de Lyon.
3 commentaires
  1. Fred Oullins - 24 juin 2019

    On peut comprendre la préfecture : des citoyens qui s'asphyxient et meurent, ça fait moins de bruit qu'un industriel qui porte plainte au tribunal administratif, ou qu'un automobiliste qui proteste en klaxonnant sous les fenêtres de la rue Bonnel !

    1. Abolition_de_la_monnaie - 24 juin 2019

      😀
      .
      Le mieux serait de prendre des mesures AVANT d'atteindre les pics de pollution, pour qu'ils ne soient jamais dépassés... Mais l'anticipation n'est pas le fort d'administrations qui ont déjà souvent un temps de retard dans le présent...

    2. jbejean - 24 juin 2019

      Mais oui, c'est complètement absurde ! Vous avez bien raison Bravo !

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut