Championne de France benjamine, la pongiste lyonnaise Alexia Nodin, 11 ans, va défendre son titre en automne 2021. (Photo Antoine Merlet)
Article payant

Lyon : Gerland, pépinière du ping-pong français

Reportage. Au cœur de la Plaine des Jeux de Gerland se cache la pépinière du tennis de table. Avec ses 1 001 adhérents, pré-covid, le club de tennis de table de Gerland était le plus fourni de la discipline en France, même s’il se cherche encore des champions parmi ses jeunes pépites.

Use tes baskets, avance ta jambe”, les mots de Salomon, un pongiste expérimenté, résonnent dans la grande salle du club de Tennis de Table de Gerland (TTG), baignée dans la lumière blafarde des néons accrochés au plafond. À côté de  cet homme de 76 ans se démène une fillette de 11 ans, Alexia Nodin, qui renvoie sans relâche les coups de son entraîneur du jour, Sylvain Chometton. Fort de ses 65 ans de pratique, Salomon porte un œil bienveillant sur l’entraînement de la jeune fille en attendant ses partenaires de la section retraités. Dans cette salle installée au cœur de la Plaine des Jeux du 7e arrondissement de Lyon, entre les terrains de foot et de rugby, toutes les générations se côtoient. La scène à laquelle nous assistons un mardi après-midi de septembre est donc loin d’être anodine.


1001 adhérents, de 4 ans à plus de 80 ans. Nous étions le plus gros club de France, ce qui est marrant parce que Lyon n’est pas vraiment un fief de tennis de table, Alain Ferret président du TTG


Créé en 1995, le TTG recensait avant la crise sanitaire “1001 adhérents, de 4 ans à plus de 80 ans. Nous étions le plus gros club de France, ce qui est marrant parce que Lyon n’est pas vraiment un fief de tennis de table”, souligne son président, Alain Ferret. Pour Sylvain Chometton, l’un des 14 salariés du club, “c’est un peu la Mecque du tennis de table au nombre de pratiquants, même si nous n’avons pas le meilleur niveau”, admet-il.

“1001 adhérents, de 4 ans à plus de 80 ans. Nous étions le plus gros club de France, ce qui est marrant parce que Lyon n’est pas vraiment un fief de tennis de table”. (Photo Antoine Merlet)

Il vous reste 70 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut