LYON, BERCEAU DE LA CREATION D'ENTREPRISES

A l'occasion du 4e Salon des entrepreneurs, Lyon Capitale vous dit pourquoi la création d'entreprise explose à Lyon.

Dans les couloirs du Salon des entrepreneurs, certains auront envie de sabler le champagne. Pour cause : la création d'entreprise ne s'est jamais aussi bien portée qu'en 2007, en France et particulièrement à Lyon. Un chiffre résume le phénomène : pour les quatre premiers mois 2007, le nombre de créations a augmenté de 18 % par rapport à la même période en 2006. Lyon fait mieux que Rhône-Alpes qui fait mieux que la moyenne nationale. En 2006, 32 000 entreprises ont vu le jour dans la région et 7 500 dans le Grand Lyon. Cette dynamique ne doit rien au hasard. L'agglomération lyonnaise, outre son poids démographique, économique et sa situation géographique, dispose d'un réseau d'acteurs économiques unique en France : Lyon Ville de l'Entrepreneuriat. "Aujourd'hui, un créateur qui entre par la mauvaise porte est immédiatement réorienté vers la bonne", explique Marcel Deruy, son directeur et président du Comité scientifique du Salon des entrepreneurs. Feuille de route en main, le créateur est orienté vers les experts-comptables, associations, financeurs et autres banques, indispensables pour son parcours. "Entreprendre, c'est un savant mélange de conviction, d'inconscience, de calcul. Mais il faut aussi avoir un bon suivi", nous confie François-Michel Richiardi, le PDG de Numéo, spécialiste de l'Internet rural (voir portrait).
Pour mettre le pied à l'étrier, le 4e Salon des entrepreneurs peut être un bon moyen. Projet en tête, le futur créateur peut bénéficier de conférences, d'ateliers pratiques et des stands de tous les acteurs de la création. Signe de la réussite de la formule : 15 000 visiteurs s'y rendent chaque année !

Le Salon des entrepreneurs.

Du 13 au 14 juin, de 8h30 à 21h, le mercredi et de 8h30 à 18h30, le jeudi. Au Palais des Congrès. www.salondesentrepreneurs.com.

Infos visiteurs : 0825 36 38 40.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut