justice

Lyon : assigné à résidence, un radicalisé introuvable

Un ressortissant algérien, radicalisé et condamné pour apologie du terrorisme, reste introuvable depuis deux mois.

Où se trouve ce ressortissant algérien, condamné pour apologie du terrorisme et considéré comme radicalisé ? Depuis deux mois, cet homme est introuvable, selon nos confrères de France Bleu.

Le 18 mars, il est condamné par le tribunal correctionnel de Valence à un an de prison et dix ans d'interdiction du territoire français pour avoir posté plusieurs messages sur les réseaux sociaux faisant l'apologie de Daech. L'homme est alors déjà sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français suite à une précédente condamnation pour violences conjugales. Après ce deuxième jugement, il est donc amené dans le centre de rétention administrative de Lyon.

L'homme fait appel et le juge des libertés et de la détention choisit de l'assigner à résidence. La préfecture de la Drôme et le parquet de Lyon ont fait appel de cette décision. Cette dernière a été confirmée par la cour d'appel de Lyon. L'homme, qui devait pointer tous les jours au commissariat de Valence, ne s'est jamais présenté aux policiers et reste introuvable.

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut