Mille-feuille aux fruits rouges ©Antoine Merlet
Article payant

Lyon : Angelo, l’Italie qui ne laisse pas de marbre

Le restaurant de l’hôtel 5 étoiles Boscolo à Lyon : un pur-sang italien.

Colonnes doriques, lustres vénitiens, statuaire antique, mobilier néoclassique, marbre précieux. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Boscolo Exedra – Grand Hôtel en jette. À une centaine de mètres de l’InterContinental – Hôtel-Dieu, le Boscolo est le dernier-né des établissements cinq étoiles de Lyon (qui en compte désormais autant que Cannes et chatouille Megève). Et comme son équivalent hôtelier, il a son restaurant. Angelo. Du nom de son propriétaire, un entrepreneur de Chioggia, dans la province de Venise, Angelo Boscolo.
©Antoine Merlet

Belle endormie

L’hôtel sort d’un long sommeil de plusieurs années. Pourtant, dès sa construction en 1897, le Grand Hôtel devient le plus grand de la ville et le plus avant-gardiste avec ses ascenseurs, son éclairage électrique et son chauffage central à la vapeur. Il connaît ses heures de gloire dans l’entre-deux-guerres. Au milieu des années 60, il obtient le classement quatre étoiles et est racheté par Yves Marin-Laflèche, un homme d’affaires surnommé “le petit prince de l’hôtellerie lyonnaise”, dont l’enlèvement et l’assassinat avaient fait grand bruit à l’époque du juge Renaud et du gang des Lyonnais. L’hôtel hébergera quelques célébrités, dont Martin Luther King lors de son passage à Lyon le 29 mars 1966 (la seule grande ville de province de sa tournée européenne, qu’il retient pour “sa résistance à toutes les formes de racisme, son esprit de tolérance et sa capacité à se dresser pour les grandes causes”) ou encore le duc et la duchesse de Kent venus inaugurer l’exposition La Semaine Britannique quelques mois plus tard. En 1982, Le Grand Hôtel s’affilie au Concorde Hotels Group avant d’être racheté par le groupe italien Boscolo au tout début des années 2000 puis Angelo Boscolo en solo en 2016.

Il vous reste 57 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut