Lyon 7e / Gerland – Au premier plan, la Cité scolaire internationale © DR
Lyon 7e / Gerland – Au premier plan, la Cité scolaire internationale © DR
Article payant

Lyon 7e : ce cher lycée voulu par Wauquiez qui menace la carte scolaire

Querelles politiciennes, spéculation immobilière, poussée démographique. Le futur lycée de Gerland, qui devrait ouvrir ses portes à la rentrée scolaire 2020, réunit toutes les problématiques de l’essor de ce nouveau quartier et de son impact sur un équilibre social menacé.

Depuis vingt-cinq ans, aucun lycée n’avait été construit à Lyon. Pour remédier à cette absence de nouvel équipement alors que la population de la ville a augmenté, la région (qui a compétence en matière de lycées) présidée par Laurent Wauquiez a sorti le chéquier pour ouvrir un établissement dans le 7e. Et, pour une fois, elle n’a pas regardé à la dépense. L’opération devrait coûter 50 millions d’euros. Un chiffre comparable au projet lancé dans l’Est lyonnais, mais à une différence notable : à Meyzieu, le nouvel établissement accueillera 1 600 élèves ; à Gerland, ils seront deux fois moins nombreux. Rapporté au nombre d’élèves, le futur lycée bat des records. Le projet est en effet atypique. La région a acquis l’ancien siège de Sanofi auprès d’un groupe de promotion immobilière (DCB) pour 37,5 millions d’euros et va injecter une dizaine de millions pour le transformer en établissement scolaire. D’ordinaire, les constructions de lycées échappent aux aléas du marché immobilier, les communes cédant à titre gracieux le terrain où s’implantera l’établissement. L’opposition socialiste à Laurent Wauquiez a dénoncé ce choix  : “38 millions iront directement dans les poches d’un promoteur immobilier privé – le groupe lyonnais DCB – et des intermédiaires qui vont grassement se servir au passage.”

Torts partagés

Il vous reste 77 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
L’incinérateur de déchets de Gerland © Tim Douet
Les deux incinérateurs de la Métropole de Lyon doivent être renouvelés en 2024 pour un coût compris entre 400 et 600 millions d’euros, aux frais du contribuable. Pourquoi cette échéance ? Comment fonctionne la grande machinerie de gestion des déchets de la Métropole ? Quels sont ses coûts écologiques ? Et financiers ? Des solutions alternatives à l’incinération existent-elles ? À l’heure de l’arrivée au pouvoir des verts, la question d’un projet alternatif de gestion des déchets est plus que jamais d’actualité.
Faire défiler vers le haut