Le CIRC (Centre International de la recherche sur le Cancer) à Lyon 8e -Google street view

Lyon : 740 000 nouveaux cas de cancer dans le monde en 2020 attribués à la consommation d'alcool selon le CIRC

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), basé sur Lyon, a mené une nouvelle étude à propos de l'incidence de la consommation d'alcool sur les nouveaux cas de cancer dans le monde en 2020. Les chiffres sont alarmants : cela représente 741 000 nouveaux cas de cancer en 2020.

Une nouvelle étude du CIRC à Lyon, publiée dans The Lancet Oncology (journal médical réputé) a montré que près de 800 000 nouveaux cas de cancers en 2020 étaient liés à la consommation d'alcool dans le monde. L'alcool est en effet, selon l'Institut Curie "la deuxième cause évitable de décès par cancer, après le tabac" et provoquerait 10 % des cancers.

Selon cette nouvelle étude du CIRC, la consommation d'alcool présente des risques non seulement lorsqu'elle est "à risque et excessive" (plus de deux verres d'alcool par jour) mais aussi lorsqu'elle est "légère et modérée" (jusqu'à deux verres par jour).  Les premiers représentent 86 % du total des cancers attribuables à l'alcool, mais les seconds concernent toutefois déjà un cas sur sept, soit 100 000 nouveaux cas de cancer dans le monde.


"Même une consommation légère ou modérée a un impact significatif sur le fardeau du cancer" Harriet Rumgay, chercheuse au CIRC et autrice principal de l’article


La consommation d'alcool augmente le risque de cancer ORL (oto-rhino-laryngée) comme l'indique l'Institut Curie, dont de la cavité buccale, le pharynx, le larynx mais cela concerne aussi l’œsophage, le côlon-rectum, le foie et le sein chez les femmes.

L'étude rapporte que la consommation d'alcool provoque en plus grande partie des cancers de l’œsophage (190 000 cas), puis des cancer du foie (155 000 cas) et des cancers du sein, chez les femmes (98 000 cas), ceux-ci particulièrement sous-estimés.

Pour ce qui est des profils des malades, la majorité des cas de cancers attribuables à l'alcool sont des hommes (environ 76 %). Sinon, les taux varient en fonction des localisations géographiques (moindres en Afrique du Nord et Asie Occidentale, et en plus grande proportion en Europe et en Asie Orientale).

Sensibiliser la population


"L'impact de la consommation d'alcool sur les cancers est souvent inconnu ou négligé" Dr Isabelle Soerjomataram au CIRC


"La consommation d’alcool est à l’origine d’une part importante de cancers dans le monde", a déclaré à ce sujet le Dr Isabelle Soerjomataram, chef adjointe de la Branche Surveillance du cancer au CIRC. Elle déplore néanmoins que "l’impact sur les cancers est souvent inconnu ou négligé".

Le CIRC insiste sur la nécessité de mettre en œuvre "des politiques et de interventions efficaces pour sensibiliser le public [...] pour réduire la consommation globale d’alcool afin de prévenir le fardeau des cancers attribuables à l’alcool".

Les résultats de l'enquête de leur intégralité sur les Cancers Attribuables à l'Alcool est accessible sur le site internet du CIRC.

Lire aussi : "Covid-19 : une étude menée à Lyon montre que le risque de décès est accru chez les malades du cancer"

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut