Les opposants à l'A45 réunis à La Talaudière

Le projet d'autoroute entre Saint-Etienne et Lyon continue de mobiliser les opposants, alors que la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a confirmé sa réticence à ce sujet.

Le projet a déjà du plomb dans l'aile... les militants voulaient l'enterrer. Alors qu'Elisabeth Borne, la ministre des Transports avait appelé le matin même à ne pas s'enfermer "dans des réponses qui peuvent pour certaines dater de plusieurs décennies", les opposants au projet d'A45 étaient réunis à La Talaudière, ce samedi, à l'appel du collectif "NoPassarA45". Ils ont pu rappeler leurs arguments notamment environnementaux, faisant valoir qu'une nouvelle autoroute déplacerait seulement les embouteillages tout en augmentant les rejets de CO2 et en menaçant la biodiversité locale.

Les militants prônent une meilleure utilisation de la ligne de train entre Lyon et Saint-Etienne et la rénovation de l'A47, à court terme, et la relocalisation d'emplois dans le bassin stéphanois à plus long terme. Et la ministre d'abonder en leur sens : "On doit d'abord entretenir, maintenir en bon état ou remettre en bon état les réseaux existants, on doit en tirer le meilleur parti - justement avec la révolution digitale qui permet par exemple de mettre plus de trains sur une ligne ferroviaire - avant de penser à faire des nouveaux projets."

Le projet d'A45, soutenu par Gaël Perdiau, le maire de Saint-Etienne et Laurent Wauquiez, semble donc plus mal engagé que jamais. Au mois de juillet, les deux élus avaient séché la réunion organisée par le préfet de région pour évoquer les alternatives à l'A45. En cette rentrée, le projet n'aurait même pas été abordé lors de la réunion du ministère des Transports sur les grands chantier à venir.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut