Lyon vélo parc

Les double-sens cyclables se développent à Lyon

Depuis 10 ans, le vélo devient un moyen de déplacement de plus en plus plébiscité dans la capitale des Gaules. La Ville de Lyon s’adapte en développant les modes doux, ces double-sens cyclables qui facilitent la circulation de tous.

2020 : c’est la date-butoir que s’est donnée la Ville de Lyon pour déployer 91 kilomètres de double-sens cyclables. Aujourd’hui, une tranche de 34km a déjà été achevée sur la Presqu’île, en attendant les trois suivantes, qui débuteront à la rentrée 2017 et qui couvriront du Rhône à l’axe Foch/Saxe/Jaurès.

Le projet porté par la ville est organisé selon des aménagements stricts : une largeur minimale de la chaussée de 2,7 mètres, aucune incidence sur le stationnement ou sur la circulation automobile, une attention particulière portée aux carrefours et aux croisements. L’installation des double-sens cyclables permet en effet aux cyclistes d’emprunter une voie dédiée, en contre-sens de la circulation automobile. Une initiative bienvenue de la part de la Ville de Lyon quand on connaît les dangers de la circulation à vélo sur les grands axes de circulation : les ouvertures de portière côté conducteur et le manque de visibilité entre autres.

Une alternative pas si sûre que ça

Depuis le 1er juillet 2016, les double-sens cyclables sont obligatoires dans les zones où la vitesse de circulation est égale ou inférieure à 30km/h. Un bon compromis pour les axes trop étroits pour dédier aux cyclistes une double-voie complètement séparée de ceux des automobilistes. Cette solution est cependant parfois à l’origine de nouveaux problèmes, notamment dans les ruelles trop étroites pour garantir un espacement véritablement sécuritaire entre voitures et vélos qui, bien souvent, se croisent. Le réseau cyclable lyonnais, constitué de 216 kilomètres (contre 152 en 2014) dont 90 kilomètres de double-sens cyclables (contre 46 en 2014), va donc voir les double-sens cyclables occuper plus de 50 % de sa surface en 2020. Une manière comme une autre de faire un geste pour les 26 % de cyclistes supplémentaires en 2016. Mais gare à la sécurité de ces nouveaux usagers, pas toujours assurée par ces double-sens cyclables.

à lire également
Vélo'v à Lyon © Tim Douet
Quand le vélo permet d’arrondir les angles et de conquérir de nouveaux marchés… En liant publicité et Vélo’v à Lyon en 2005, le groupe JCDecaux a lancé au moins deux décennies de diplomatie du vélo. Certains s’y sont essayés, avec pour conséquence de renforcer encore les positions de JCDecaux.
1 commentaire
  1. Bernard - 30 juin 2017

    Bonjour On ne peut pas être d'accord avec cette phrase 'Cette solution [le double sens cyclable] est cependant parfois à l’origine de nouveaux problèmes, notamment dans les ruelles trop étroites pour garantir un espacement véritablement sécuritaire entre voitures et vélos qui, bien souvent, se croisent.'Si une ruelle est trop étroite, un vélo qui roulerait dans le MÊME sens que les voitures ne disposera pas davantage d'un espacement sécuritaire par rapport à une voiture arrivant derrière, et qui voudra le dépasser.La multiplication des double sens cyclables augmente pour tous les automobilistes la probabilité de voir arriver des cyclistes en face, et de ce fait génère chez tous un surcroît de prudence et de conduite raisonnable. D'où plus de sécurité globale. 'Que du bénef' :'

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut