Imams à la préfecture
©Tim Douet

Les 10 propositions du culte musulman dans le Rhône

L'ensemble des imams des mosquées et des maires du Rhône étaient rassemblés, mardi matin, sous les ors de la République. Une première.

L'ensemble des imams des mosquées du Rhône rassemblés sous les ors de la République. "C'est une réunion qui n'a aucun précédent" s'est félicité en début d'après-midi le préfet du Rhône Michel Delpuech, son promoteur.

Moins de vingt jours après avoir rencontré les responsables de la communauté musulmane lyonnaise pour faire un point sur les dérives de certaines salles de prière et de mosquées, dont les discours d’incitation à la haine peuvent "porter atteinte à la sécurité publique", le préfet a réuni, ce mardi, les imams et les maires du département pour échanger sur "les moyens et les actions à mettre en œuvre" pour mettre fin à ces dérives.

Les dix propositions des responsables musulmans

Les responsables du culte musulman ont formulé une série de dix propositions :

Proposition 1

- la création d'un conseil des imams, sorte de structure fédérative qui permettra de piloter et de canaliser les imams, qui favorisera la dialogue et permettra d'avoir une seule et même voix

Proposition 2

- systématiser le recours à deux associations : cultuelle (en charge du culte) et culturelle (en charge de la gestion administrative). "En distinguant les deux, on donne à la puissance publique la capacité d'intervenir" soutient le préfet

Proposition 3

- la reprise du protocole d'accord quadripartite État/collectivités locales/conseil du culte musulman/salles de prière qui prévoit notamment l'encouragement à la formation des imams

Proposition 4

- davantage d'ouverture à la société : par exemple, des "portes ouvertes" pour la fête de l'Aïd

Proposition 5

- l'aide aux recteurs de mosquées et aux présidents d'association gérant des salles de prière à se restructurer. "C'est de la vigilance pour que les associations soient solides, bien administrées et puissent résister à des tentatives, souvent des plus jeunes, de prendre le pouvoir" justifie le préfet

Proposition 6

- la rigueur dans la gestion financière des associations gérant les mosquées et salles de prière

Proposition 7

- davantage d'encadrement des écoles de langue arabe

Proposition 8

- le développement d'activités et de loisirs pour les jeunes

Proposition 9

- l'encouragement au dialogue interreligieux, "qui fonctionne déjà très bien à Lyon et dans d'autres communes"

Proposition 10

- davantage de place pour les femmes dans les salles de prière.

Paris, je peux vous dire qu'ils suivent ça de près et qu'ils attendent les retours" sourit Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon et l'un des poids-lourds de ces échanges inhabituels.

Fermeture de mosquées... pas forcément

Le préfet a d'ores et déjà prévu de faire le bilan de ces dix propositions en mai prochain. Localement, chaque maire organisera des réunions régulières de ce type avec les imams exerçant sur la commune.

Quant à l'hypothétique fermeture prochaine de salles de prière, Abdelkader Laïd Bendidi, président du conseil régional du culte musulman (CRCM), Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon, Azzedine Gacci, recteur de la mosquée de Villeurbanne assurent qu' "aucun lieu de culte ne sera fermé".

Côté préfecture, si les dispositions prises fonctionnent, il n'y aura aucune fermeture, dans le cas contraire,des mesures seront prises. "L'idée n'est pas de fermer pour fermer, explique-t-on, simplement de faire le tri dans ce que les salles de prière font".

5 commentaires
  1. Marine - mar 15 Déc 15 à 16 h 33

    Je suis d'accord pour que ces propositions soient mises en route, mais par contre je me pose une question : qui va payer toutes ces propositions ? L'ensemble des contribuables ? En quoi les contribuables devraient ils être 'ponctionnés' ?

  2. Robes Pierre - mar 15 Déc 15 à 17 h 41

    la loi de 1905 est claire :Séparation des cultes et de l'état, les imams, ravins ou curés n'ont rien à faire dans NOS préfectures, mairies ou autres bâtiments représentant LA République, surtout pour négocier des accords avec les représentants de l'état Quant à ce qui se passe dans les lieux de culte c'est l'affaire des fidèles tant qu'ils respectent la loi républicaine.

  3. Jean Jaurès - mer 16 Déc 15 à 7 h 58

    'Le développement d'activités et de loisirs pour les jeunes' confié aux religieux? C'est cela qu'il faut comprendre? Avec l'assentiment du Préfet de la République? Triste République! Une vraie abdication!

  4. Robes Pierre - mer 16 Déc 15 à 12 h 31

    mobilisons nous, un citoyen au nom du financement déguisé d'une mosquée à réussit à faire annuler le projet.

  5. Flore - mer 16 Déc 15 à 20 h 09

    Qui va payer la mise en œuvre de ces propositions que font les Musulmans ? encore les contribuables ? Qui impose quoi.... à qui ?..... Ou se place 'Notre République'.... avec ses vraies valeurs.... dans un magma ténébreux ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut