Léger décollage de croissance pour l'Aéroport de Lyon

Malgré le contexte économique souvent jugé peu favorable, le trafic d'Aéroport de Lyon est en hausse, en particulier grâce aux destinations low-cost pour l'Europe du Sud.

Plus de 8 millions de passagers sont passés par l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry en 2015 : une croissance de 2,8 % par rapport à l'année dernière. Alors que le trafic du groupe Air France et Hop ! recule, les autres compagnies, notamment les low-cost, compensent les pertes plus qu'il ne faut.

En 2015, près de 3 millions de passagers choisissent l'avion pour se déplacer en France depuis Lyon. C'est donc très légèrement plus que l'année dernière. Les liaisons pour Paris, Bordeaux, Nantes ou Toulouse restent les plus dynamiques et compensent pour les lignes moins rentables comme celles vers Brest ou Nice.

L'international représente 65 % du trafic passagers total, ce sont donc particulièrement ces destinations à l'origine de la progression. Le top 3 des villes les plus prisées est européen avec Londres, suivi de Barcelone puis de Francfort. Les routes de l'Europe du Sud continuent aussi de progresser avec un trafic augmenté de plus de 10 % pour le Portugal, l'Espagne, la Grèce et l'Italie par rapport à l'année précédente. Selon Aéroports de Lyon, ces bons scores sont surtout liés aux ouvertures de lignes initiés par les compagnies Vueling, EasyJet, Transavia.com et Aegean. En revanche, les routes vers l'Europe du Nord, comme celles vers l'Allemagne et la Belgique, ne suivent pas la hausse de fréquentation.

Des chiffres susceptibles de conforter la volonté de développer de plus en plus de lignes à l'Aéroport de Saint-Exupéry. En 2016, 17 nouvelles destinations seront développées.

Plus de 50 000 tonnes de fret et des centaines de chevaux

En dehors du transport de passager, les chiffres sont aussi à la hausse. Le fret Poste représente 2 816 tonnes sur l’année et le fret avionné 48 812 tonnes. Incroyable mais vrai, 273 chevaux ont été transportés depuis l'aéroport de Saint-Exupéry en 2015, principalement par la compagnie Emirates.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut