Le vélo'v augmente plus vite que l'essence

Trois ans après la mise en service des vélo'v à Lyon, il est fortement probable que les tarifs de location des vélo'v augmentent prochainement. Les utilisateurs pourraient alors devoir débourser plus du double de ce qu'ils paient aujourd'hui : les cartes courte-durée passeraient de 1 à 2 euros la semaine, tandis que les cartes longue durée doubleraient de 5 à 10 euros par an. C'est en tous les cas ce qu'a insinué Gilles Vesco (Modem - Collomb), vice-président chargé de la nouvelle mobilité urbaine au Grand Lyon, dans un entretien téléphonique à Lyon Capitale. "Il est hors de question d'augmenter les prix pour les usagers sans augmentation de service en face". En clair, si le service vélo'v s'améliore, les prix seront majorés.

L'avertissement de Decaux
Or, demain, c'est exactement le dossier que JC Decaux, le concepteur et prestataire du sytème vélo'v, et le Grand Lyon vont devoir ouvrir. Le leader mondial de l'affichage publicitaire affiche un déficit de 3 millions d'euros annuels (publicité et vélo'v). La faute au vandalisme et aux vols de vélos qui atteint des sommets (lire Repères). Decaux se plaint d'avoir mis en place un sytème de maintenance des vélos plus ambitieux que celui prévu au départ (une vingtaine de personnes pour 3 à 400 réparations quotidiennes) et d'avoir créé un call center (1 000 appels et une centaine de mails par jour) d'une quinzaine de personnes. Du coup, "si demain, nous baissons la maintenance des vélo'v, en moins d'un mois, tout le système vélo'v se casse la figure" avertit Pascal Chopin, directeur régional de JC Decaux.

1 million d'euros en plus
Si le Grand Lyon acquiesce doucement, c'est qu'il estime avoir réalisé l'affaire du siècle : 4 000 vélos gratos à des prix modiques, en contrepartie de 2 200 abris bus et plusieurs centaines de "sucettes" publicitaires. "L'hypothèse d'une augmentation des tarifs permettrait à Decaux de récupérer 1 million d'euros sur les abonnements, explique Gilles Vesco. Aujourd'hui la somme passe quasiment en totalité dans les frais bancaires et la fabrication des cartes". Et Decaux d'améliorer l'offre vélo'v, par exemple le centre d'appels, plus joignable, les délais d'abonnement et de réabonnement, plus rapides, ou les "vélo'v tour" pour informer les utilisateurs, plus fréquents. En tous cas, Decaux ne perdrait pas au jeu, le publicitaire ayant déjà vendu son système lyonnais à 15 autres villes françaises et européennes.

Souriez, vous êtes filmés
De retour de Londres où il représentait l'agglomération, Gilles Vesco, vice-président chargé de la nouvelle mobilité urbaine au Grand Lyon, a rassuré Decaux en promettant d'installer, dès le mois de septembre, un éclairage sur toutes les stations vélo'v et en équipant de caméras de vidéosurveillance celles qui sont les plus vandalisées (hypercentre principalement). De quoi apaiser un peu l'impatience du concepteur des vélos lyonnais qui remet en cause les conditions du contrat signé entre lui et le Grand Lyon, fin 2005.

----------

Repères
> En 3 ans, 18 millions de vélo'v ont été loués et 36 millions de km parcourus
> 33 500 locations ont été enregistrées le 14 mai
> Plus de 400 vélo'v sont volés chaque année
> 180 vélo'v ont été volés le week-end où l'OL a été sacré champion pour la 7e fois consécutive
> Entre 2 500 et 3 000 euros, c'est ce que coûte à JC Decaux un vélo'v à l'année (1 000 euros d'achat, le reste en entretien)
> 3 millions d'euros, c'est le déficit annuel du système vélo'v (pour JC Decaux)

Paris, 5 fois plus cher que Lyon
A Paris, la carte courte durée coûte 5 euros la semaine (soit le prix de l'année à Lyon) et l'abonnement annuel revient à 29 euros (soit quasiment 6 fois plus qu'à Lyon).

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut