Le ramadan n'était qu'un prétexte

Dans l'affaire du père de famille plongé dans le coma parce qu'il avait rompu le jeûne du ramadan, l'agresseur présumé a été mis en examen ce jeudi. Il encourt jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle. Deux ou trois autres personnes sont toujours recherchées à Lyon.

L'affaire est retombée comme un soufflé. Pourtant elle avait fait grand bruit fin août lorsque l'on avait appris qu'un jeune homme de 24 ans avait frappé un père de famille de 45 ans, sous prétexte qu'il avait rompu le jeune du ramadan. La scène s'était déroulée en plein jour, à la terrasse d'un restaurant dans le quartier de la Guillotière. Devant témoins, le jeune homme et trois ou quatre de ses amis, avaient passé à tabac ce Français d'origine sénégalaise. "Ils l'ont laissé pour mort", précisait, jeudi après-midi, le procureur de Lyon.

Après une enquête poussée des services de police, et une fuite sur le site Internet LePoint.fr, une information judiciaire avait été ouverte à Lyon le 27 août. Deux juges d'instruction avaient été saisis de l'affaire, jugée "sensible". Mais Marc Désert, procureur la République de Lyon, a indiqué à la presse jeudi que le ramadan n'était qu'un prétexte.

"L'argument religieux est tout a fait instrumentalisé"

Arrêté mardi matin à son domicile, l'agresseur principal présumé a reconnu avoir donné une gifle à la victime, "pour se défendre". Il a également déclaré à la police qu'il ne pratiquait pas lui-même le ramadan. "L'argument religieux est tout a fait instrumentalisé, c'est davantage un prétexte. Rien ne permet de dire, en l'état du dossier, que ce jeune a à voir avec la religion, ni avec les intégristes. Tous les éléments laissent à penser qu'il n'est pas lui même pratiquant", a précisé Marc Désert.

L'agression n'en est pas moins grave. La victime est toujours alimentée artificiellement à l'hôpital. Paralysée et inaudible, elle avait été plongée dans un coma profond les premières semaines. Les services de police n'ont toujours pas pu l'auditionner. Ce père de famille de neuf enfants gardera vraisemblablement des séquelles. L'enquête de police, elle, se poursuit pour tenter de retrouver les co-auteurs de l'agression, au minimum deux autres personnes, voire trois au maximum. Tous risquent quinze ans de réclusion criminelle pour "violences volontaires ayant entraînées une incapacité permanente avec circonstances aggravantes".

à lire également
Police voiture Tim
Ce vendredi soir, deux individus ont sorti des couteaux pour des cigarettes et de l'argent. L'un dans un tramway, l'autre devant une terrasse de restaurant. La police est intervenue avant que ces deux situations ne puissent dégénèrer. 
1 commentaire
  1. Patrick - 17 septembre 2010

    L'intervention de Monsieur le Procureur est pour le moins étonnante.En droit, on ne parle pas de simple prétexte mais de 'mobile'.Il est évident que parmi les 'mobiles' de cette agression débile, l'auteur a utilisé des 'préceptes musulmans'.Mais comme on ne peut émettre la moindre critique sur l'Islam au pays de Voltaire, Monsieur le Procureur parle de simple 'prétexte'.Imaginons la même agression par un blanc de 22 ans tout aussi écervelé qui aurait frappé à quasi-mort un homme de couleur en lui professant une injure raciste.Nul n'aurait parlé de simple 'prétexte', Monsieur le Procureur non plus : il aurait à juste titre qualifié l'acte de 'crime ayant un mobile raciste'...'ce jeune n'ayant pourtant pas de relation connu avec la mouvance fasciste'.Il y a bien deux poids deux mesures.N'ayez pas peur! De telles dérives sémantiques sont inadmissibles.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut