SNCF -, Train

Le prix des TER va sensiblement augmenter en Auvergne-Rhône-Alpes en 2023

La région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé d’augmenter le tarif des TER à compter du 1er janvier 2023 pour faire face aux coûts de l’énergie et à l’inflation. Le prix des abonnements progressera de 2,95% et le coût des trajets occasionnels s’envolera de 8%, de quoi faire bondir l’opposition.

Il y a moins d’une semaine la région Auvergne-Rhône-Alpes mettait la pression sur la SNCF en lui imposant un système de bonus/malus pour améliorer la ponctualité des TER. Quand en coulisses elle se préparait à augmenter le coût des trains régionaux pour les usagers. Une information relevée par les élus socialistes de la région et que confirme à Lyon Capitale la collectivité, qui est aussi l’autorité organisatrice des transports régionaux en Auvergne-Rhône-Alpes.

Lire aussi : SNCF Réseau s’engage à limiter les retards des trains en Auvergne-Rhône-Alpes, sous peine de pénalités

8% d’augmentation pour les utilisateurs occasionnels 

"La Région a choisi de réajuster le coût des abonnements à hauteur de 2,95 % alors même que l’inflation atteint selon l’INSEE les 6%", explique-t-on du côté de l’Hôtel de région, en soulignant qu’il s’agit là d’une mesure visant à "protéger le pouvoir d’achat des salariés qui empruntent les transports régionaux pour aller travailler", l’augmentation prévue pour le 1er janvier 2023 n’étant pas indexée sur l’inflation. Pour les usagers ne disposant pas d’abonnement, la note sera en revanche bien plus salée et supérieure à l’inflation puisque la Région entend augmenter de 8% le tarif des trajets occasionnels. 


"Sur un abonnement moyen qui  représente 36 km, cette hausse représente environ 1,20 euro par mois (1,80 € sur Lyon-Saint-Etienne (59 km)", Région Auvergne-Rhône-Alpes


C’est une "drôle de façon de préserver le pouvoir d’achat des Auvergnats et des Rhônalpins !  Par exemple, un billet de TER Saint-Étienne/Lyon – ligne la plus empruntée de la Région – coûtera un euro de plus par trajet…", raillent les élus socialistes du conseil régional. "À l’heure où les gouvernements des pays voisins mettent en œuvre des dispositifs pour favoriser l’usage du train et où la sobriété énergétique est une nécessité, Laurent Wauquiez tape sur ceux qui font justement tous ces efforts", déplore le groupe qui compte notamment Najat Vallaud-Belkacem dans ses rangs. 

5,8 millions d’euros de recettes en plus

Face aux accusations de son opposition, qui lui demande de "retirer, sans délai, la présentation de cette délibération", la collectivité précise que cette décision résulte de la hausse du coût de l’énergie et de l’inflation. À l’heure où la Région "prend en charge 70% du coût total du service TER", quand le reste est assuré par les usagers, cela lui permettrait d’amortir la "hausse importante des charges d’exploitatio". 


"Laurent Wauquiez est une nouvelle fois en décalage avec les objectifs sociaux et environnementaux que toute Région soucieuse des intérêts de ses habitants devrait poursuivre", Région Auvergne-Rhône-Alpes


Selon la délibération que nous avons pu consulter et qui doit être examinée en commission permanente par le conseil régional, fin octobre, ces mesures permettraient de générer 5,8 millions d’euros de recettes TER supplémentaires en 2023, après deux années sans hausse en 2021 et 2020 "du fait de la situation particulière liée à la crise sanitaire". La dernière augmentation en date remonte à 2019, lorsque la revalorisation tarifaire avait progressé de 1,9%.

Le tarif des TER bientôt indexé sur l’inflation

La collectivité ne devrait toutefois pas se limiter à cette augmentation puisqu’à partir de 2023 "les conventions d’exploitation TER et Léman Express prévoiront l’application d’une formule d’indexation annuelle des tarifs sur la base du dernier indice des prix à la consommation établie par l’INSEE". Autrement dit, dès l’année prochaine les tarifs des TER progresseront au même rythme que l’inflation.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut