Le président d'une ONG lyonnaise en garde-à-vue pour s'être opposé à une expulsion

Après dix heures passées dans les locaux de la police de l'air et des frontières (PAF), il est ressorti libre et a pu reprendre un nouveau vol pour Brazzaville. Mais le parquet de Bobigny poursuit le dirigeant associatif pour "entrave à la circulation d'un aéronef" et "incitation à la rébellion". La directrice de l'association, Véronique Rouault, raconte à Lyon Capitale comment son président s'est retrouvé en garde-à-vue : "André Barthélémy devait se rendre mercredi à Brazzaville. Il partait en mission pour Agir Ensemble pour les Droits de l'Homme. A peine installé dans l'avion, il a entendu des gens hurler au fond de l'appareil. Menottés et encadrés par huit policiers, deux personnes se plaignaient d'être maltraités. André Barthélémy s'est alors adressé aux passagers pour leur dire que ce qui se passait n'était pas digne de la patrie des droits de l'homme. Il les a incités à se lever pour protester. Une cinquantaine de personnes l'ont imité. Devant l'impossibilité de décoller, le commandant de bord a décidé de faire descendre les deux Congolais. Les passagers se sont ensuite rassis. Quelques minutes après, les policiers passaient les menottes à André Barthélémy et à trois autres protestataires". Dans un communiqué l'association Agir Ensemble pour les Droits de l'homme "élève les plus vives protestations contre le traitement infligé à son président et souligne la situation dramatique vécue par des milliers de personnes contraintes de quitter le sol français dans des conditions indignes". Avec l'augmentation des reconduites à la frontières, ce genre d'attitude a tendance à se multiplier. En décembre 2006, à Lyon Saint-Exupéry, le vice vice-président (PCF) de la région Rhône-Alpes, François Auguste s'était opposé à l'expulsion d'une famille. Il avait ensuite été condamné à une amende "symbolique" de 500 euros avec sursis.
André Barthélémy a 70 ans. Il a fondé l'ONG Agir Ensemble pour les Droits de l'homme, il y a 20 ans. Son objet est de défendre les valeurs et les droits fondamentaux tels qu'ils sont inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (voir le site). Ses moyens d'action ? le financement des projets d'ONG du Sud qui vont dans le sens de la défense et de la promotion des droits de l'homme. Au titre de président de cette ONG, André Barthélémy est membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH). Il est aussi connu à Lyon pour avoir fondé, en 1968, l'association Arvel qui organise des voyages solidaires partout dans le monde.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut