Le Micro-Crédit en pleine croissance

L'Association pour le Droit à l'Initiative Economique (Adie) lance sa 5ème édition de la Semaine du Microcrédit. L'occasion pour elle de se faire connaître auprès du public.

C'est dans un vieux bus londonien à double étage, stationné place Raspail (7ème arr.) que l'Adie reçoit toute la semaine. Elle délivre depuis 1989 des micro-crédits aux personnes qui ne peuvent pas prétendre à un prêt bancaire. Elle sert d'intermédiaire entre des établissements financiers partenaires et les demandeurs. En 2008, 1.143 micro-crédits ont été accordés par l'association en Rhône-Alpes et près de 13.000 à l'échelle nationale soit 24 % d'augmentation par rapport à 2007. A tel point que des établissements bancaires classiques se sont mis sur le créneau mais continuent de proposer des micro-crédits à des taux beaucoup plus important que ceux de l'Adie.

Ces micro-crédits sont exclusivement délivrés à des créateurs d'entreprises en manque de moyens. " Les allocataires de minima sociaux constituent depuis toujours le public ciblé de l'Adie " déclare Laurent ALIBERT, conseiller crédit à l'Adie. Fanny LAPERNA, bénéficiaire d'un micro-crédit et ancienne chômeuse, félicite ce critère d'éligibilité. " J'étais au chômage et je ne trouvais pas d'emploi, c'était la seule solution pour moi " explique-t-elle. Cela lui a permis de créer sa propre entreprise de Homestaging, la mise en valeur de bien immobilier destiné à la vente.

On connaît le micro-crédit depuis l'obtention du prix Nobel du Paix en 2005 par Muhammad Yunus, économiste bangladais et fondateur de la première institution de micro-crédit. En France, les demandes explosent déjà. Deux lectures peuvent être faites, celle d'un excellent moyen d'arriver à l'auto-entreprise ou celle d'un indicateur de la précarité économique.

Victor Guilbert

Retrouvez le reportage sonore sur cette même page.

L'Adie à Lyon : Du 2 au 6 juin Place Raspail (Lyon 7ème)

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut