rue de la République piétons piétonne
Rue de la République (© Tim Douet)

La ville de Lyon autorise douze dimanches travaillés en 2020

En 2020, douze dimanches pourront être travaillés, a décidé la ville de Lyon ce lundi soir lors du conseil municipal. 

Comme l'an passé, la ville de Lyon a autorisé douze dérogations pour que les commerces puissent ouvrir le dimanche à Lyon. Des jours choisis “en lien avec des événements festifs, touristiques et commerciaux”. 

Ainsi, les dimanches 12 et 19 janvier seront concernés pour les soldes d'hiver, les dimanches 28 juin et 5 juillet pour les soldes d'été, le 6 septembre pour la rentrée scolaire, le 20 septembre pour les journées du patrimoine et la braderie de la Croix-Rousse, le 11 octobre pour le festival Lumière et enfin les 22 et 29 novembre et 6, 13 et 20 décembre pour la Fête des lumières et les fêtes de fin d'année. 

Un choix critiqué par les groupes EELV et Lyon Gauche Solidaires. “Je suis choquée par la légèreté de certains qui, sans réfléchir, se disent contents de l’ouverture des magasins les dimanches, le soir tard, voire la nuit. Pensent-ils aux salariés, souvent des femmes, impactés par ces ouvertures ?”, a questionné Thérèse Rabatel, pourtant adjointe au maire de Lyon. “Le travail de nuit nuit à la santé et le travail du dimanche nuit fortement aux relations familiales et sociales dont notre société a pourtant grandement besoin. Et ce qui est acheté le dimanche ne le sera pas les autres jours de la semaine parce que les portes-monnaie ne sont pas extensibles”, a ajouté l'élue lyonnaise qui aura souhaité un maximum de 5 dimanches par an. 

La délibération a été adoptée. 

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
1 commentaire
  1. JANUS - 18 novembre 2019

    La dérèglementation entraine des contraintes, des abus et autres frustrations a venir....pour acheter !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut