Da Passano Jean-Luc

La précision de Da Passano sur les bus en "site propre"

Après avoir accordé une interview à Lyon Capitale, publiée dans le numéro 761, Jean-Luc Da Passano a tenu à apporter une précision sur le terme "site propre".

Notre article "Banlieue de Lyon : l’enfer automobile" publié dans le Lyon Capitale 761 de décembre était accompagné d'un entretien de Jean-Luc Da Passano, vice-président de la Métropole de Lyon, en charge des grandes infrastructures et des grands ouvrages.

L'élu rappelait l'importance d'avoir des bus en "site propre" pour qu'ils ne se retrouvent pas coincés dans les bouchons derrière les autres véhicules. À la suite de cette interview, Jean-Luc Da Passano a reçu une lettre anonyme lui "reprochant de privilégier la propreté au détriment de la commodité et de la fréquence des Transports en Commun".

Ne pouvant répondre à cette personne en raison de son anonymat, il nous a demandé de publier une précision sur le terme "site propre", qui ne signifie pas "site caractérisé par sa propreté, mais site réservé à l’usage d’un transport collectif (couloir de bus, voie de tramway, voie ferrée). D’où d’ailleurs, l’abréviation « TCSP » bien connue des élus et des techniciens des transports et qui signifie Transport Collectif en Site Propre". Quant aux modes doux, la rédaction tient à préciser qu'ils peuvent parfois être rugueux, surtout quand l'hiver l'est aussi.

à lire également
Panneaux contre A45
Après l'abandon officiel du projet d'autoroute A45 par le gouvernement, la coordination des opposants au projet ont publié un tableau listant les avantages et les inconvénients de différentes alternatives pour ouvrir le débat. 
2 commentaires
  1. collectifvalve - 23 décembre 2016

    Précision utile, le terme de site propre étant effectivement peu explicite et guère connu du grand public. Par contre le gentil tacle bienveillant et humoristique de la Rédaction vis à vis des modes doux (qu'on appelle maintenant modes actifs...) nous fait rire un peu jaune : Après un épisode de 12 jours pics de pollution, véhiculer (c'est le terme!) l'imagine que la marche, le vélo, la trottinette et les rollers, ça ne serait pas pour quand il fait froid est regrettable. En outre, il ne correspond à aucune réalité : suffit de voyager un peu pour le constater : A Copenhague, Berlin, Munich, Vienne, ou les cyclistes évoluent toutes l'année. Car à vélo, le problème est bien souvent le chaud !

  2. collectifvalve - 23 décembre 2016

    Tout est une question d'équipement et l'été comme l'hiver il faut l'adapter pour permettre l'évacuation de la chaleur produite par l'activité physique. En fait, c'est comme s'il on écrivait 'qu'à la montagne, il fait trop froid pour faire du ski et qu'il convient de privilégier les dameuses ou mieux l'hélicoptère' ! 😉 Enfin, il semblerait que l'hiver les piétons lyonnais continuent de marcher, comme leurs homologues de Montréal. Dans cet affaire, les plus rugueuses restent assurément les particules fines dans les poumons de nos enfants... Le Collectif VALVE reste à disposition pour continuer à faire découvrir à la Rédaction les 99 avantages de la #solutionvélo ;-))) Passez de bonnes fêtes de fin d'années !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut