Paul Bocuse NB home
© Tim Douet

La maison Bocuse réagit : "faire vivre le Feu Sacré avec audace"

Dans un communiqué, l’équipage du restaurant Paul Bocuse réagit pour la première fois à la perte d'une étoile au guide Michelin. L'Auberge du Pont-de-Collonges, trois étoiles depuis 1965, est rétrogradée à deux étoiles.

"A 10 jours de la sortie officielle du Guide Michelin et pour la première fois dans l’histoire, le célèbre Guide Rouge vient d’annoncer que le Restaurant Paul Bocuse triplement étoilé depuis 1965, était classé 2 étoiles. Du fait de cette communication très en amont de la sortie officielle du Guide 2020, c’est loin de Collonges que nous avons individuellement appris cette décision", c'est en ces mots que débute le communiqué de l'équipage de restaurant Paul Bocuse suite à la perte d'une étoile.

En 2019, le restaurant avait fait sa révolution pour une nouvelle expérience intitulée "La Tradition en Mouvement" (lire ici) : "Bien que tardivement par rapport au calendrier d’impression du Guide Michelin 2020, nous avons dévoilé notre nouvelle expérience intitulée « La Tradition en Mouvement » dès le mois d’octobre 2019. Jugée exceptionnelle par bon nombre de nos clients, d’experts gastronomiques ou journalistes, cette expérience prendra toute sa dimension dès notre réouverture le vendredi 24 janvier 2020".

Aujourd'hui, l'équipage fait front face à ce séisme : "Bien que bouleversés par le jugement des inspecteurs, il y a une chose que nous souhaitons ne jamais perdre, c’est l’âme de Monsieur Paul. Paul Bocuse était un visionnaire, un homme libre, une force de la nature, et c’est dans cet esprit que nous avons construit la nouvelle expérience que nous orchestrons depuis le mois d’octobre 2019. Depuis Collonges et du fond du cœur, nous continuerons à faire vivre le Feu Sacré avec audace, enthousiasme, excellence et une forme certaine de liberté".

Depuis jeudi soir, une question reste en suspend : quand les experts du guide se sont-ils rendus dans le restaurant ?

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut