La Fnaim suspend le ficher des locataires "mauvais payeurs" pour l'instant

La Fédération nationale de l’immobilier avait proposé de mettre en place un fichier regroupant ceux qui ne payaient pas correctement leur loyer. Le projet largement décrié vient d'être mis en pause.

L'idée d'un fichier des locataires "mauvais payeurs" est mise en pause par la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) qui précise à l'AFP qu'il ne s'agit pas "d'un renoncement total". La Fnaim avait proposé d'établir un tel fichier en janvier, ce qui avait entraîné une vive polémique.

Après une réunion de travail avec la CNIL, son président, Jean-Torrollion a indiqué ce vendredi 14 février : "les conditions techniques ne sont pas réunies pour créer un fichier des impayés locatifs. Nous poursuivons le dialogue plus que jamais nécessaire avec les pouvoirs publics pour rétablir la confiance propriétaires-locataires". La Fédération continue néanmoins de défendre l'idée d'un tel fichier qui aurait pu voir le jour en 2021. À l'intérieur, les locataires en retard d'au moins trois mois dans leur paiement de loyers auraient été consignés.

Cette base de données serait mise à disposition des professionnels pour instaurer "une présomption de confiance" envers les candidats à la location. Après cette mise en pause, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a salué la décision de la Fnaim, le gouvernement s'étant opposé à cette idée. À noter, il n'a pas été proposé d'établir un fichier des mauvais bailleurs, ou des mauvaises régies.

à lire également
La baisse des aides à la construction d’un côté et le manque de logements sociaux de l’autre obligent les bailleurs à trouver de nouvelles stratégies de production. Avec la flambée du prix du foncier, la ville de Lyon est pionnière en la matière. Son nouvel exécutif métropolitain a promis un effort important alors que le délai moyen d’attente pour les demandeurs oscille entre 15 et 28 mois. Sur un territoire qui accueille 15 000 nouveaux habitants chaque année.
1 commentaire
  1. raslebol69 - 14 février 2020

    Les locataires indélicats sont (espérons le) encore très minoritaires mais refuser toute mesure à leur encontre contribue à jeter la suspicions sur les locataires en général. Le politiquement correct en ce domaine contribue à tendre la situation.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut