Deneuve prix lumière 2016
© Mathilde Régis

L'essentiel de l'actu' du week-end du 15 et 16 octobre à Lyon

Pour ceux trop occupés à regarder l'intégralité de la filmographie de Catherine Deneuve ce week-end, mais aussi pour les autres, Lyon Capitale vous rappelle l'essentiel de l'actualité de ce week-end.

Difficile de passer à côté de la présence de l'immense Catherine Deneuve à Lyon pour la huitième édition de festival Lumière. Dès vendredi, l'actrice a conquit le public des Célestins par sa modestie et son naturel, avant de bluffer l'audience à la soirée de la remise du prix en dédiant ce dernier "à tous les agriculteurs français". Jusqu'au dernier "moment mélancolique" de la cérémonie de clôture du festival, Catherine Deneuve aura illuminé l'édition 2016 du festival lyonnais de cinéma.

L'égalité Femmes-Hommes au centre du débat

En parallèle de la première remise du prix Lumière à une femme, HF Rhône Alpes organise à Villeurbanne et à Lyon les "Etats Généraux de l'égalité Femmes-hommes dans les Arts et la Culture". Ces journées démarrées à la MJC de Villeurbanne sont notamment l'occasion de considérer les chiffres qui établissent les discriminations entre les sexes dans le monde de la culture. Ce lundi, la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes, Laurence Rossignol, sera présente au théâtre des Célestins pour la dernière journée de ces Etats Généraux.

Vers un procès de l'affaire Preynat

Le prêtre accusé d'actes pédophiles entre 1978 et 1991 parmi les scouts de Saint-Luc sera jugé par un tribunal, la cour de cassation ayant décidé de rejeté l'examen immédiat de la question de la prescription. Une victoire pour la défense des victimes et l'occasion d'en finir avec les zones d'ombre selon l'avocat du prêtre. Les faits reprochés au père Preynat avaient été, en janvier dernier, le point de départ de la polémique sur le cardinal Barbarin, accusé d'avoir été mis au courant en 2007 et de ne pas avoir dénoncé le prêtre aux autorités judiciaires.

Le collectif lyonnais "Stop Tafta" manifeste

Après avoir sorti une bande dessinée où deux vaches dénoncent les conséquences de l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et les Etats-Unis, les opposants aux traités TAFTA et CETA étaient 250 à manifester à Lyon ce week-end pour demander l'abandon des négociations.

La jungle de Calais démantelée à partir de ce lundi

Les centres d'accueil de réfugiés lyonnais se préparent à accueillir les migrants en provenance de Calais. Ils seront 250 à être accueillis dans l'agglomération dans les jours et semaines à venir. Un accueil qui nécessite une organisation pour déterminer les personnes qui entreront dans la procédure de demande d'asile.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut