Mission sentinelle devant le palais de justice © Tim Douet

L'armée mobilisée pour l'acte XIX : pour Devinaz, "l'Etat panique"

Le XIXe acte des Gilets jaunes se fera sous protection de l’armée. Le gouvernement a annoncé le déploiement des forces Sentinelles lors de la prochaine manifestation, en renfort du dispositif policier. Pour le sénateur du Nouveau Rhône Gilbert-Luc Devinaz, la mesure est le signe d’un "engrenage sécuritaire inquiétant".

Après les violences qui ont éclaté lors du dernier rassemblement des gilets jaunes, Emmanuel Macron a décidé lors du Conseil des ministres la mobilisation exceptionnelle de l’armée pour la manifestation prévue ce samedi. C’est la mission antiterroriste Sentinelle qui sera déployée en renfort dans les rues de la capitale, notamment pour protéger des bâtiments officiels. La décision symbolique de recourir à l’armée dans le cadre d’une manifestation a immédiatement provoqué de vives réactions, jusque dans le bureau du sénateur du Nouveau Rhône et de la Métropole de Lyon Gilbert-Luc Devinaz.

Dans un communiqué, le sénateur reconnaît être inquiet de cette mesure exceptionnelle. Membre de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées, l’élu connait bien la doctrine française sur l’utilisation de l’armée et voit dans cette décision "une mesure symbolique visant à montrer la détermination du gouvernement […] un coup de com [...] le signe d’un engrenage sécuritaire inquiétant et l’illustration d’une forme de panique au sommet de l’État". Il s’interroge également sur le mode opératoire des militaires si la situation venait à se tendre. A demi-mot, Gilbert-Luc Devinaz explique craindre la bavure, "Que se passera-t-il si des manifestations violentes venaient au contact direct des militaires ?" questionne-t-il dans son communiqué. De son côté, le gouvernement a expliqué par la voie de Benjamin Griveaux que l’initiative "permettrait au forces de l’ordre de se concentrer sur les mouvements, sur le maintien et le rétablissement de l’ordre".

1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 21 mars 2019

    L'Etat panique ou prend-il les mesures adéquates pour relancer la croissance ?
    Car la guerre, quelle qu'elle soit, est facteur de croissance économique à moyen et long terme.
    Dans notre monde actuellement, nous avons "tout". Et comme nous arrivons à saturation du monde monétiste, l'argent ne circule plus assez et crée des disparités qui ont créées les gilets jaunes.
    .
    "Une bonne guerre pour relancer l'économie"...
    .
    Ce n'est pas une légende. Une guerre ça détruit beaucoup de choses et ensuite, il faut reconstruire... ça donne du travail... Les puissants, eux, seront à l'abri.
    Oui, ce raisonnement est débile, mais c'est le raisonnement de l'économie monétaire. Toutes les lois pour "tirer sur la foule avec des armes de guerres" ont été passées (vérifiez). Ce sera légale.
    Les lois pour museler la presse avec les "fakenews" ? Idem.
    Et tout cela à cause de quoi ?
    A cause d'un nivellement vers le bas (parce que de bons cours pour tous ça coûte trop cher/et si tout le monde sait, alors on n'a plus besoin de "dirigeants savants" - apparition de la démocratie réelle directe qui est nocive pour les magouilleurs -)
    nivellement pas le bas donc, des connaissances économiques ( 1 français sur 2 ne sait pas calculer un simple taux d'intérêt) et sociales (humaines / pas de psychologie qui apprend que la violence est l'expression d'une frustration, une infériorité mentale momentanée / pas de cours de philosophie pour discuter des valeurs dominantes à protéger / etc.)
    .
    L'humanité adolescente doit devenir adulte.
    MAINTENANT !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut