Jean-François Carenco © tim douet_0067
©Tim Douet

Kem one : une réponse promise avant Noël

Le préfet du Rhône a reconnu lundi soir que "la levée d'un certain nombre de conditions n'est pas formalisée" concernant l'avenir de Kem one. Le destin du site pétrochimique doit se jouer jeudi normalement, lors d'une audience au tribunal de commerce.

Les syndicats ont réagi lundi matin par voie de communiqué de presse, inquiets pour l'avenir de leurs emplois sur le site de Kem one à Lyon. Un comité d'entreprise avait eu lieu le matin même au siège de KEM ONE, durant lequel l’administrateur judiciaire Maitre Sapin avait informé les élus que certaines conditions suspensives, indispensables à l’aboutissement des plans de reprise, n’étaient toujours pas levées.

Les syndicats espèrent être fixés le 12 décembre

Les élus de l'intersyndicale (CGT, FO, CFDT, CFE-CGC) se sont montrés extrêmement inquiets de la situation en vue de l'échéance de jeudi, et l'audience au tribunal de commerce qui doit statuer sur le sort de KEM ONE. Ils ont demandé "un engagement ferme de la part d’Arkema, de Total, d'EDF et de l’Etat" , au plus tard au 12 décembre.

Ce mardi matin, les organisations syndicales ont programmé des assemblées générales sur tous les sites de KEM ONE en vue de statuer sur un blocage des unités de production. Le préfet alerté, a mis en garde les syndicats, un tel blocage serait selon lui contre productif. Il assure qu'une décision définitive interviendra avant Noël, comm:e promis. Quant à savoir si ce sera le 12, ou un autre jour, c'"est affaire de procédure" selon lui. "Et peu importe un report éventuel de 8 jours si cela est pour réussir".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut