Kamel Kabtane © Tim Douet 043
© Tim Douet

Kamel Kabtane craint un “tsunami” antimusulman en France

Kamel Kabtane était l’invité de L’Autre Direct, ce vendredi 26 septembre. Le recteur de la grande mosquée de Lyon est notamment revenu sur l’assassinat d’Hervé Gourdel. Dès mercredi soir, il s’était dit “bouleversé” par cet acte commis par des djihadistes en Algérie qui ont déclaré allégeance à l’État islamique.

Depuis plusieurs semaines, Kamel Kabtane, à maintes reprises, a condamné les actions "terroristes" commises par l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Le recteur de la grande mosquée de Lyon estime que ces actions "ont pour but de galvaniser l'opinion publique et de la dresser contre les musulmans de France".

à lire également
Le prédicateur Nader Abou Anas est attendu ce dimanche à Vénissieux, limite Lyon 8e, pour une conférence publique. Si ses positions radicales sur les femmes sont difficilement acceptables, "l'ordre public n'est pas (pour autant) troublé".
3 commentaires
  1. Denis - 26 septembre 2014

    C'est un tsunami anti religieux de tous bords qu'il nous faudrait .On a mis 100 ans virer les curés , c'est pas pour se laisser emm...par des imams ! la religion c'est vraiment le truc le plus ringard que je connaisse...

  2. kaoetic - 26 septembre 2014

    Oubliant les leçons de l'histoire les religions ont voulu à nouveau réinvestir la vie de la cité. En tête de cette entreprise mortifère les religions catholique et depuis quelques décennies l'islam.C'est le pompier pyromane ,qui inquiet, hurle au feu! V Hugo avait une devise : 'le curé dans son église et l'instituteur dans son école !'. Il est un autre pompier pyromane qui s'annonce c'est notre ex-monarque qui a déclaré hier soir vouloir remettre l'église au milieu du village...

  3. Kasneh - 2 octobre 2014

    Depuis longtemps les minorités religieuses et/ou ethniques sont défavorisées, harcelés ou pire, dans nombres de pays musulmans (Egypte, Irak, Iran, Turquie, Indonésie, Soudan...) Les positions actuelles sont une prise de conscience de l'urgence et de l'image négative renvoyée par cet état de faits.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut