Jean-Jack Queyranne conseil régional 4.01.16 Tim
© Tim Douet
Article payant

Jean-Jack Queyranne ne veut plus de Gérard Collomb à Lyon

Entretien. Resté fidèle au PS et fâché avec Gérard Collomb depuis les dernières élections régionales, l'ancien ministre de l'Intérieur et président de la région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne souhaite que la gauche se rassemble pour proposer une alternative à Lyon. Il décrit Gérard Collomb comme "le ministre des bourdes", qui "a toujours joué perso" et qui aujourd'hui prend le risque "de la déchéance".   Lyon Capitale : Que vous inspire le retour de Gérard Collomb à Lyon ? Jean-Jack Queyranne : Je viens de voir la passation de pouvoir, avec un Édouard Philippe glacial, et un Gérard Collomb fidèle à lui même qui essaye de faire son bilan, en décrivant une situation calamiteuse dans les quartiers… C'est un curieux personnage qui détruit son propre bilan ! J'ai été ministre de l'Intérieur quatre mois pour assurer l'intérim de Jean-Pierre Chevènement, je peux dire que Gérard Collomb n'a pas le sens de l'État. Son bilan est très médiocre, il n'a pas de résultats. La police vient d'ailleurs de lui faire un pied de nez avec le DGPN (Éric Morvan, ndlr) qui dit, "loin du bruit, on travaille". Comme si le ministre de l'Intérieur ne comptait pas. Il n'a pas imprimé sa marque. Il restera comme le ministre des bourdes, celui qui ne sait pas tenir sa langue, qui a paru dépassé.

Il vous reste 75 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Alexandre Vincendet, dans son bureau à la mairie de Rillieux-la-Pape, en 2015 © Tim Douet
Le maire de Rillieux-la-Pape ne s’est pas encore déclaré candidat à l’investiture des Républicains pour la présidence de la métropole en 2020, mais il mène déjà une campagne interne. Alexandre Vincendet veut jouer Lyon contre le reste de l’agglomération et le renouveau face à un système à bout de souffle. Catalogué sur une ligne droitière, le président de la fédération LR du Rhône fait de Rillieux son laboratoire d’une politique qu’il veut plus pragmatique qu’idéologique. Entretien.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut