Police illustration. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)

Isère : on en sait plus sur la fusillade qui a fait deux blessés graves à Villefontaine

Suite à une fusillade sanglante dans la soirée du 5 avril, une information judiciaire doit être ouverte prochainement au tribunal judiciaire de Grenoble, après dessaisissement du parquet de Vienne. Une fussila

Dans la soirée du 5 avril dernier, à Villefontaine (Isère) dans le quartier des Charpennes, près du square et de la gare routière, aux alentours de 22h, un homme âgé de 41 ans et son fils de 17 ans essuyaient plusieurs coups de feu,  après une altercation ayant opposé deux groupes d'individus.

Selon les sapeurs-pompiers, l'adolescent avait été blessé d'une balle au thorax et son père de deux balles, dont l'une dans le dos. Ils étaient transportés à Lyon en urgence absolue à l'hôpital Edouard Herriot. Alors que le pronostic vital du père était initialement engagé, l'état de santé des victimes n'inspire aujourd'hui plus d'inquiétude : l'incapacité totale de travail (ITT) du père est fixée à au moins 30 jours, celle de son fils à 21 jours.

Une enquête permettait rapidement d'identifier cinq personnes qui étaient interpellées le jour même. Elles étaient lacées en garde à vue des chefs de tentative de meurtre ou complicité, violences aggravées et port d'armes prohibées. Originaires de trois communes différentes (Villefontaine, l'Isle d'Abeau et St Quentin Fallavier), les cinq mis en cause, âgés de 17 à 48 ans, sont tous connus de la justice, en particulier, le tireur, âgé de 43 ans, demeurant à l'Isle d'Abeau, acondamné à de multiples reprises, essentiellement pour vols mais aussi pour trafic de stupéfiants, violences ou encore extorsion avec violences.

Calibre 7.65

Lors des perquisitions effectuées au domicile des suspects, plusieurs armes blanches étaient retrouvées, dont un pistolet de calibre 7.65 qui pourrait correspondre à l'arme utilisée par le tireur.

"Si l'origine du différend entre les deux groupes d'individus reste encore floue à cette heure, explique le parquet de Vienne, il ressort toutefois des premières investigations que les deux victimes ne semblaient pas être concernées par le différend en question. Au surplus, le tireur ignorait manifestement le lien de famille qui unissait les deux victimes."

Après dessaisissement du parquet de Vienne au profit du parquet de Grenoble, pôle criminel de l'Isère, une information judiciaire doit être ouverte jeudi prochain au tribunal judiciaire de Grenoble.

Faire défiler vers le haut