Incendie au CRA : 8 personnes en garde à vue

Après l'incendie qui a détruit une partie du Centre de rétention administratif (CRA) de Lyon Saint-Exupéry, huit personnes prises en flagrant délit sur les lieux ont été placées en garde à vue. Plusieurs centaines de milliers d'euros de dégâts matériels pourraient leur être imputés.

Selon les premiers éléments de l'enquête menée par la direction régionale de la Police de l'air et des frontières (PAF) , le feu a pris en cinq endroits différents du centre de rétention administratif de Lyon, jeudi 28 juillet, peu après 13h. A l'arrivée des pompiers, huit personnes ont été prises en flagrant délit sur les lieux des départs de feu dans la partie réservées aux hommes du CRA. Elles ont été placées en garde à vue afin de démêler leurs responsabilités respectives.

Mais après plusieurs heures d'interrogatoires, les policiers n'ont toujours pas réussi ce vendredi à comprendre qui des uns ou des autres avaient mis le feu, qui était complice. "Il y aura certainement des suites judiciaires à cette affaire", affirmait vendredi une source policière en fin d'après-midi. Une information judiciaire pourrait être ouverte à l'issue de la garde à vue samedi soir, avant un procès au pénal. Les résultats des relevés de la police technique et scientifique pourraient notamment aider les enquêteurs à imputer la responsabilité aux uns ou aux autres.

Le préjudice, quant à lui, n'a pas encore été évalué. Une commission de sécurité va passer dans les prochains jours pour chiffrer les dégâts. D'ici là, le centre est fermé. Les retenus, 58 personnes en dehors des mis en cause, ont été transférés vers d'autres centres de rétention, à Nîmes et à Toulouse. Forum réfugiés s'assure du suivi de leurs dossiers à la Cimade qui accompagne les retenus dans ces centres.

Quant aux sans-papiers qui seront arrêtés dans la région pendant la période de fermeture du centre, ils seront transférés "en fonction de leur profil et du nombre de places" dans les centres de rétention les plus proches "pendant au moins quinze jours". "Tous les centres de rétention ont une compétence nationale", rappelle-t-on à la police de l'air et des frontières.

A Lyon, jamais un incendie n'avait entraîné la fermeture du centre de rétention. Un précédent en 2007 n'avait pas causé autant de dégâts. On parle déjà de plusieurs centaines de milliers d'euros de préjudice.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut