Grippe A : comment Lyon se prépare à la pandémie

La plupart d'entre elles achètent des masques et assurent la prévention auprès de leur personnel.

Deux certitudes demeurent : les médecins vont avoir beaucoup de travail et les fabricants de masques beaucoup de commandes. (Article paru dans le numéro de septembre de Lyon Capitale)

COLLECTIVITES LOCALES

Région Rhône-Alpes

Un "plan de continuité d'activité" a été élaboré et concerne au total 6 500 agents (siège du conseil régional, lycées et espaces Rhône-Alpes). Objectif : assurer la continuité du service public, la protection des personnels et l'instruction des demandes de subventions dans le cadre du plan de soutien à l'économie et à l'emploi régional.

40 000 masques sont actuellement stockés dans les espaces régionaux, pour diffusion, si nécessaire, dans les établissements et 11000 autres ont été commandés.

Concernant les lycées, en cas de demande de fermeture de l'établissement - décidée par l'Etat -, la Région a prévu, en concertation avec les académies de Lyon et Grenoble, de maintenir trois agents par établissement, dont les fonctions sont indispensables (gardiennage, accueil téléphonique et physique, maintenance logistique, nettoyage des locaux et gestion des déchets).
Cela représenterait 705 agents mobilisés au plus fort de la pandémie.

Ville de Lyon

600 000 masques commandés cet été, pour un coût de 700 000 euros, viennent s'ajouter aux 400 000 autres en stock.
Selon les hypothèses, la Ville pourra être amenée à fermer les crèches municipales, les écoles primaires et certains établissements publics (théâtre, cinéma...).

Comme pour la Région, la Ville de Lyon a mis en place un plan de continuité des activités municipales, de manière à assurer les missions dites "stratégiques" comme l'état civil ou les pompes funèbres. Des gymnases et des salles polyvalentes pourront être réquisitionnés pour servir de centre de vaccination.

TRASNSPORTS

SNCF

En cas de pandémie, des réductions du trafic sont à prévoir mais priorité sera donnée aux transports domicile-travail. Du fait de l'absence de passagers, le fret subira beaucoup moins de bouleversements. Les trains "vitaux" (eau, alimentation, céréales...) seront également prioritaires.

La taille du réseau national ne permet en revanche pas de mettre en place un plan d'urgence préétabli.

Divers scénarii sont possibles selon la gravité et l'emplacement de la pandémie. Par exemple, une pandémie dans le Nord Pas-de-Calais n'entraînerait pas de modification dans la circulation autour de Lyon. Par ailleurs, une première commande de 8 millions de masques a été passée pour être dispatchée entre les centres départementaux.

TCL

Les transports en commun finalisent leur plan de transport avec des mesures variables selon l'ampleur de la pandémie. "On attend les directives du préfet et de l'Etat" explique-t-on. 75 000 masques ont été commandés pour le personnel.

Aéroport Saint-Exupéry

En cas de pandémie, le gouvernement décidera d'éventuelles modifications du trafic aérien mais l'aéroport, qui compte 483 employés et génère 5 500 emplois, ne s'arrêtera pas "quoi qu'il arrive", un système de remplacement du personnel ayant été décidé.

Une cellule de crise de 15 personnes a été mise sur pied pour former les postes "sensibles" (pompiers, secours, infirmières et médecins). Un stock de
15 000 masques est disponible pour le personnel, 10 000 de plus devraient être commandés prochainement.

Dixit la direction, l'aéroport peut être considéré en avance sur ses confrères dans la mesure où il bénéficie de l'expérience de la grippe aviaire, il y a quatre ans. Xavier Mary, directeur général adjoint, confirme "On est bien préparé. Nous sommes au point.".

RENAULT TRUCKS

Une campagne de vaccination obligatoire est d'ores et déjà prévue pour les "grands voyageurs", les conducteurs qui voyagent à l'étranger. L'entreprise effectuant chaque année une campagne de vaccination pour la grippe classique, le planning n'est donc pas chamboulé, mis à part les campagnes de prévention.

UNIVERSITES

Véritables plaques tournantes dans la propagation de l'épidémie, les universités s'organisent déjà pour faire face à d'éventuelles fermetures.
Lyon, deuxième ville étudiante de France, est particulièrement concernée par le phénomène, avec plus de 120 000 étudiants, 80 000 en ne comptant que les universités Lyon I, Lyon 2 et Lyon III.

A Lyon III, on n'envisage pas pour le moment de fermer plus d'une semaine. Mais alors qu'une telle fermeture constituerait déjà une première, à Lyon I, on préfère "imaginer le plus grave car qui peut le plus peut le moins", et on envisage une fermeture de deux à trois mois. En accord avec les ministères de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur ou encore de la Santé, qui seuls prendront ce genre de décision. Les plates-formes de cours et autres facultés virtuelles seront en effet largement mobilisées en cas de fermeture.

GRANDES SURFACES

Auchan
Trois millions de masques de type FFP2 vont être commandés à destination des professionnels dont le rôle en situation de pandémie sera capital (santé, services de secours). Une cellule de veille et de coordination, qui réunit tous les services de l'entreprise, est en contact régulier avec les pouvoirs publics depuis 2005 et l'épisode de la grippe aviaire.

Carrefour
Depuis le mois d'avril, une cellule de crise est en place. Un stock de masques est prêt à être livré en 24 heures dans tous les magasins de l'agglomération. Des plans d'action ont été activés pour aider les directeurs de magasin à maintenir l'activité en cas de fort absentéisme du personnel. Un système de mise en vente simplifié sur palette des produits de première nécessité (tête de gondole et allée centrale) est également prévu.

5 000 à 30 000
C'est le nombre d'hospitalisations dans le Rhône, selon les hypothèses basse et haute d'un taux d'attaque du virus touchant 5 % et 35 % de la population.
Source : N.Voirin, P. Vanhems - Lyon 1/HCL

Notre dossier spécial sur la grippe A en cliquant icilien

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut