© SNCF

Grève SNCF : seulement 1 TGV sur 3 ce week-end dans la région

Le trafic des lignes TGV et Intercités sera fortement perturbé du vendredi 2 au dimanche 4 décembre dans toute la France. Un TGV sur trois roulera dans la zone Sud-Est en raison d'une grève des contrôleurs.

Un mouvement de grève nationale à la SNCF est sur le point de perturber fortement la circulation des trains. En ce premier week-end de décembre, seulement 40 % des TGV et Intercités circuleront du vendredi 2 au dimanche 4 dans tout l'Hexagone. Pour les TGV Sud-Est, dont Lyon fait partie, SNCF Voyageurs prévoit la circulation d'un train sur trois. Seulement un Ouigo sur quatre circulera également ce week-end. Sur l'application SNCF Connect, entre Lyon et Marseille par exemple, cinq TVG sont déjà supprimés.

Échange et remboursement sans frais

Les voyageurs concernés seront prévenus ce mercredi 30 novembre, par email ou par SMS. Ils pourront soit être remboursés soit échanger leur billet sans frais, dans la limite des trains disponible jusqu'au 8 décembre selon SNCF Voyageurs. Dans le reste de la France, la SNCF prévoit la circulation d'un train sur deux sur le TGV Nord, d'un train sur trois dans la zone du Grand-Est et seulement un train sur quatre dans la zone TGV Atlantique. Le retour à la normale devrait se faire de manière progressive à partir du 5 décembre avec trois trains sur quatre sur tous les axes.

Si le service des trains sera partiel, c'est parce que les syndicats appellent les contrôleurs à débrayer. Leurs revendications portent sur les salaires, le déroulé des carrières et, globalement, une plus grande reconnaissance des spécificités de la fonction par la direction de SNCF Voyageurs. Dans un communiqué, la direction de SNCF Voyageurs regrette un mouvement maintenu "alors que des mesures concrètes et importantes ont été proposées aux organisations syndicales à l'issue de plusieurs semaines de négociations".

Ces mesures portaient notamment sur le déroulement de carrière spécifique de ces salariés "avec une augmentation du volume de promotions et une augmentation de leur rémunération annuelle à partir de janvier 2023". "Des mesures complémentaires avaient par ailleurs été proposées pour faciliter le changement de métier pour celles et ceux qui le souhaitent", a-t-elle ajouté. Des propositions qualifiées de "miettes" par les syndicalistes, rapporte l'AFP.

Noël et le Nouvel An menacés

Cette grève qui intervient quelques jours avant le début des négociations annuelles obligatoires (NAO), qui doivent commencer le mercredi 7 décembre au niveau du groupe SNCF, pourrait se poursuivre sur le reste du mois de décembre. Les chefs de bord ont d'ores et déjà déposé des préavis de grève pour les week-ends de Noël et du Jour de l'an. "La balle est dans le camp de la direction", explique à l'AFP Thomas Cavel, secrétaire général de la CFDT Cheminots.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut