Grève à la raffinerie Total de Feyzin

Le mouvement de grève entamé lundi se poursuit aujourd’hui mardi à la raffinerie Total de Feyzin. Joint par téléphone, Michel Lavastrou, délégué CGT, a expliqué que l’achoppement concernait la revalorisation salariale des employés du groupe. Pour l’heure, les augmentations proposées par la direction, qui n’a pu être jointe, seraient de l’ordre de 2,7 % avec primes individuelles et ancienneté. Les grévistes doivent se réunir dans l’après-midi pour réfléchir à quelle suite donner au mouvement.

« Les salariés subissent l’austérité à Total comme ailleurs », a déclaré Michel Lavastrou. Pour l’heure, la raffinerie est toujours à l’arrêt et les livraisons sont stoppées. Le délégué CGT a par ailleurs confirmé que la grève était reconductible, sans préciser à partir de quand celle-ci aurait un impact sur les stocks. Réunis en assemblée générale hier, plus de 300 salariés ont voté à la majorité la grève illimitée selon les syndicats. Ils réclament un partage des bénéfices plus équitable.

Les cinq raffineries françaises du groupe pétrolier Total, dont Feyzin, sont concernées par ce mouvement de grève, ainsi que deux usines. A la fin du mois d’octobre dernier, Total a fait état d’un résultat net de 2,761 milliards d’€ au troisième trimestre 2013, soit un recul de 10 % par rapport au troisième trimestre 2012.

à lire également
Les agriculteurs confrontés à des difficultés économiques, sociales et techniques peuvent monter un dossier pour qu'un expert vienne réaliser un audit de leur exploitation et qu'ils puissent bénéficier d'un accompagnement personnalisé. Dans le Rhône, les candidatures doivent être envoyées avant le 14 septembre. 

Grève à la raffinerie TOTAL de Feyzin

A l'appel de l'intersyndicale l'activité est stoppée dans les six raffineries du groupe TOTAL en France. Les salariés protestent contre la fermeture annoncée du site de Dunkerque et souhaitent obtenir des garanties sur l'avenir du raffinage sur le territoire national

à lire également
Ecole et périscolaire  © Tim douet_116
Les 25 postes supplémentaires d'enseignants en école primaire annoncés jeudi par l'inspecteur d'académie ne suffiront pas à faire face à l'augmentation du nombre d'élèves dans le Rhône selon le syndicat Force ouvrière, qui souligne que sur les 267 postes créés, 220 sont affectés au dédoublement des classes de CP et CE1 des zones prioritaires mis en place par le gouvernement d'Emmanuel Macron.  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut