Lit de fortune à la Part Dieu où se retrouvent les mineurs pour la nuit
© Tim Douet

Grand Lyon : “Il y a vraisemblablement plus de 800 enfants à la rue”

Si l’association Jamais Sans Toit a comptabilisé 247 enfants à la rue dans la métropole actuellement, ce chiffre serait bien plus élevé selon l’un de ses militants.

La préfecture a présenté son plan hivernal la semaine passée. En tout, 1200 places vont être ouvertes cet hiver, dont 320 en gymnase pour les épisodes de grand froid. Un dispositif destiné à compléter les 5 692 places ouvertes toute l’année dans le département. “Entre 2013 et 2018 les capacités d’accueil en hébergement du Rhône ont ainsi progressé de 92 % un dispositif d'une ampleur sans précédent”, s’est félicitée la préfecture.

“Il n’y a en réalité que 60 d’ouvertes au début”

Un dispositif jugé “insuffisant” par Guillaume Lorchat, membre du collectif Jamais Sans Toit. “Quand la préfecture annonce 880 places, il n’y a en réalité que 60 d’ouvertes au début”, explique-t-il.  Pour M.Lorchat “la préfecture s'y prend à l'envers”. “Les collectivités devraient ouvrir toutes les places dont ils parlent dès le début de l'hiver. Là elles les ouvrent au compte-gouttes en scrutant la température. Pour quoi faire dans cet ordre ? Le droit au logement est un droit constitutionnel. Donc l'État devrait chercher et ouvrir les places puis réfléchir à les répartir”, dénonce-t-il.

Le collectif Jamais Sans Toit demande aussi la fin des critères de logement. “Actuellement, les cas les plus graves sont logés en premier. Ce qui est normal. Mais ça implique aussi une concurrence du pire. On se place dans une situation, mais on met les gens en concurrence entre le pire. On ne doit pas trier, mais loger tout le monde en arrêtant de faire culpabiliser les familles qui sont moins dans le pire que les autres”, critique Guillaume Lorchat.

Retrouvez la bande-annonce du documentaire coécrit par Sylvie Perrin-Gilbert et Raphaël Ruffier-Fossoul sur les accueillants de mineurs isolés, qui sera diffusé le 10 décembre prochain après Soir 3 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Les accueillants - Bande annonce from cocottesminute productions on Vimeo.

“Politiquement, c'est plus porteur de renvoyer des migrants que de les accueillir”

Selon lui, ce nombre de places est surtout trop faible vis-à-vis du nombre d'enfants à la rue dans la métropole. “L'an passé, la préfecture parlait de 800 enfants à la rue selon les personnes qui appelaient le 115 et la veille sociale. Ce chiffre est vraisemblablement plus élevé parce que tout le monde n'appelle pas le 115 et parce que tous les enfants à la rue ne sont pas forcément scolarisés”, confie le militant associatif. 100 familles et 247 enfants ont été comptabilisés comme étant à la rue le 15 et 16 novembre suite à un recensement fait par Jamais Sans Toit. “Il ne s'agit que des situations connues par le collectif”, précise Guillaume Lorchat. “Ce n'est pas normal que ce soit aux associations, aux familles de mettre a l'abri alors que c’est le rôle de l’état. Aujourd'hui politiquement, en terme de voix, c'est plus porteur de renvoyer des migrants que de les accueillir”, conclut-il.

Vaulx-en-Velin  : une famille sans-abri hébergée au collège Barbusse

à lire également
Selon une étude commandée par le service d'autopartage Drivy, 32 % des Lyonnais seraient prêts à abandonner leur voiture, avec de gros "si" et "mais". Même si de tels sondages ont toujours leurs limites, quelques questions soulevées ne manquent pas d'intérêt.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut