Gérard Collomb solidaire avec les Munichois après la fusillade

Comme de nombreuses personnalités politiques, le maire de Lyon a apporté son soutien "aux habitants de Munich". Neuf personnes ont été tués et plusieurs blessés ce vendredi par un tireur, dont les motivations ne sont pas encore connues. Moins de dix jours après le massacre de Nice, le centre de la capitale bavaroise a été bouclé pendant plusieurs heures.

Une nouvelle attaque meurtrière en pleine ville au cœur de l'été. Encore groggy du massacre de Nice le 14 juillet, l'Europe a une nouvelle fois été frappée par un tueur aveugle ce vendredi.

Un jeune homme âgé de 18 ans et de nationalité germano-iranienne a tué 9 personnes et fait 16 blessés ce vendredi à Munich. Il a ouvert le feu sur la foule à proximité d'un centre commercial, avant de retourner son arme contre lui. Ses motivations ne sont pas encore connues.

Rues désertes, hélicoptères sillonnant le ciel, appel aux troupes d'élite... La capitale bavaroise a été placée en état de siège tout au long de la nuit.

"L'Europe endeuillée"

Les responsables politiques français ont rapidement apporté leur soutien et leurs condoléances au peuple allemand. Parmi eux, le maire de Lyon, Gérard Collomb, s'est ainsi exprimé via son compte Twitter.

"L'Europe à nouveau endeuillée. Soutien aux habitants de Munich. Nos premières pensées vont aux victimes et leurs proches."

Ex-cinquième adjointe de l'édile lyonnais, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a également fait part de son soutien via le réseau social.

"Mes pensées au peuple allemand, meurtri ce soir à Munich, toute ma solidarité dans ce terrible moment."

De son côté, la police nationale a demandé aux internautes de ne pas relayer les images des opérations en cours, afin de ne pas entraver le travail des autorités allemandes

Lire aussi : Interpol rejoint la coalition contre Daesh

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
1 commentaire
  1. Jean Jaurès - 23 juillet 2016

    Au printemps dernier, Cameron pour l'Angleterre, puis Merkel pour l'Allemagne, ont déclaré que le multiculturalisme à l'œuvre dans leur pays depuis des décennies était un lamentable échec! C'est aujourd'hui un bain de sang. Et dire que Collomb, Macron, Juppé et les autres communautaristes entendent en France développer les accomodements raisonnables contre la laïcité et le multiculturalisme. Inconscients! Ils nous conduisent tout droit au pire! La République indivisible et laïque est la seule issue heureuse à la furie de l'époque!

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut