Collomb Macron 06.2016
© Tim Douet

Gérard Collomb annonce le démantèlement de 300 réseaux de passeurs

En marge d'une conférence sur l'immigration organisée à Niamey, au Niger, l'ex-maire de Lyon a annoncé que 300 réseaux de passeurs ont été démantelés en France en 2017. Et 20 autres depuis le début de l'année 2018.

"C'est la première fois qu'on a une telle résolution entre pays européens et africains sur la lutte contre les passeurs". Gérard Collomb semblait satisfait des engagements pris lors de le Conférence sur la coordination pour la lutte contre les filières de passeurs, organisée à Niamey en présence de neuf ministre des affaires étrangères africains et représentants de quatre états européens. Le but affiché de l'événement étant de "s'attaquer aux causes profondes de la migration irrégulière".

Route de transit vers l'Europe, le Niger a été le théâtre d'un drame en juin dernier, alors que 44 migrants avaient été retrouvés mort au nord du pays, alors qu'ils cherchaient à franchir la frontière libyennes. Accompagné du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, Gérard Collomb a réaffirmé l'ambition du gouvernement de lutter contre les réseaux de passeurs.

20 réseaux démantelés depuis le 1er janvier

Le ministre de l'Intérieur a ainsi assuré, dans une interview à la chaîne France 24, que quelque 300 réseaux de passeurs ont été démentelés en France en 2017. Et d'ajouter que 20 autres l'aurait été depuis le début de l'année 2018. "Ce sont des passeurs qui peuvent être en connexion avec des réseaux internationaux, ce n'est pas simplement des phénomènes qui sont localisés à la France, voire même à l'Europe", a précisé le premier flic de France.

La conférence de Niamey réunissait les pays d'immigration comme le Sénégal, la Côte d'Ivoire ou le Mali, ceux de destination comme la France, l'Italie, l'Espagne ou l'Allemagne, mais aussi ceux de transit comme la Libye ou le Niger. L'occasion donc pour le ministre de l'Intérieur français de parler des réseaux de passeurs à l'oeuvre dans ces zones. "Il y a une volonté commune affichée, où on décide d’agir en commun contre les passeurs et l’immigration clandestine" a déclaré Gérard Collomb dans une interview à la chaine France 24 .

Renforcement du cadre législatif contre les passeurs, de la coordination régionale et du contrôle des frontières, tels ont été les engagement pris par les pays africains, indique une déclaration de la Commission européenne. S'il est en baisse par rapport à 2016, le nombre de migrants arrivés en Italie après avoir franchi la Méditerranée en 2017 s'élevait à 100.000 personnes en 2017.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut