Crédit : Village des Créateurs

Fin du Village des Créateurs à Lyon : la Métropole accuse, la Région assume

La Métropole de Lyon juge la Région Aura coupable de la fermeture du Village des Créateurs. La collectivité dirigée par Laurent Wauquiez assume sa baisse de subventions.

Lundi 9 janvier, le Village des créateurs, créé en 2001 et situé dans le 1er arrondissement de Lyon, a annoncé sa fermeture à la suite d'une assemblée générale. Installé passage Thiaffait, la village était une pépinière d'entreprises de créateurs dans les domaines de la mode, de la décoration et du design.

En cause, des difficultés à s'auto-financer, couplées au désengagement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, mais aussi à la baisse des subventions de la Métropole de Lyon, passant de 185 000 € à 140 000 €.

Ecologistes et Républicains, deux visions de l'économie

Financer le fonctionnement d'une entreprise à coup de subventions n'est pas vraiment la vision de l'économie du président de Région, Laurent Wauquiez . La collectivité préférant contribuer à des opérations d'investissement, plus valorisables. D'autant que le Village des Créateurs participait peu au "rayonnement" national et international de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, si cher à son président.

A l'inverse, le VDC s'inscrivait pleinement dans l'économie de proximité, responsable et locale qui prônent les écologistes. La Métropole et la Ville de Lyon précisent d'ailleurs qu'elles resteront "attentives à l’avenir des 140 adhérents (entrepreneurs et créateurs) accompagnés par le Village des Créateurs, et notamment de la quinzaine de créateurs et créatrices hébergés actuellement au passage Thiaffait".


"A de nombreuses reprises [...], la Région a invité le Village des créateurs à se doter d'un nouveau modèle financier qui permette d'assurer l'équilibre de sa structure sans avoir recours à ce niveau élevé d'aides publiques. En vain."
Région Auvergne-Rhône-Alpes


Pour assurer la viabilité de son modèle économique, trop dépendant des subventions, le Village des créateurs a tenté de modifier sa structure juridique pour permettre au mécénat privé de soutenir le projet.

Un changement de modèle économique avorté

Le rescrit fiscal devant faire aboutir cette restructuration ayant été refusé, les dons privés n'auraient pas pu être défiscalisés. "La structure n'a pu diversifier ses financements", déplore la Métropole de Lyon, dans un communiqué où elle met en cause la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Selon l'exécutif écologiste, "la Région a décidé en 2022 de se désengager totalement du Village des Créateurs. Ce désengagement, déploré par la Ville et la Métropole de Lyon, intervenant dans une phase de restructuration et de fragilité financière de l’association, n’a fait qu’aggraver la situation du Village des Créateurs et ne peut être compensé par les autres collectivités partenaires".

Des subventions en baisse constante

Contactée, la Région assure quant à elle avoir voté une "aide conséquente annuelle de 140 000 €" jusqu'en 2020. C'est à partir de 2021 que le montant de la subvention va baisser, pour atteindre 100 000 €. Un montant aligné sur celui versé, dans un premier temps, par la Métropole de Lyon.

En effet, cette dernière avait elle aussi considérablement baissé le montant des aides accordées au VDC à son arrivée en 2020. Il devait ainsi passer de 185 000 € à 50 000 €, à terme, "pour correspondre au montant des subventions versées à des acteurs comparables", précise-t-on. En 2021, la Métropole revient sur sa décision et verse donc 100 000 €, le même montant que la Région.

Métropole et Ville, "attentives à l'avenir des 140 adhérents"

En 2022 en revanche, l'exécutif écologiste octroie une aide de 140 000 € (toujours inférieur au montant versé par l'ancienne majorité), quand, dans le même temps, la Région vote une dernière subvention de 30 000 €, avant de supprimer totalement sa participation pour 2023. "A de nombreuses reprises [...], la Région a invité le Village des créateurs à se doter d'un nouveau modèle financier qui permette d'assurer l'équilibre de sa structure sans avoir recours à ce niveau élevé d'aides publiques. En vain", insiste-t-on à la Région.

De leur côté, la Métropole et la Ville assurent que "tout sera fait pour que les créateurs et créatrices puissent maintenir leurs activités dans les locaux du passage, et les baux actuellement sur le site seront maintenus avec la SERL (Société d’Équipement du Rhône et de Lyon). De même, leur accompagnement sera désormais assuré par l’incubateur métropolitain LYVE."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut